Un cosmonaute chez le Roi Arthur - 1979 - Russ Mayberry

Science-Fiction, Horreur, Epouvante, Merveilleux, Heroic Fantasy et tout le toutim du Fantastique !

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Un cosmonaute chez le Roi Arthur - 1979 - Russ Mayberry

Message par Manolito » mer. avr. 29, 2020 10:49 am

Titre US : Unidentified Flying Oddball

Image

Tom, un astronaute, et son double robotique Hermès sont envoyés par la Nasa dans l'espace pour effectuer un voyage galactique à une vitesse supra-luminique. Cela a pour effet de les faire voyager dans le temps et ils arrivent dans le passé, au temps du Roi Arthur...

"Un cosmonaute chez le Roi Arthur" est un film que je veux voir depuis 39 ans, depuis que j'ai vu un extrait dans une émission de "Temps X", extrait dont je me rappelle très bien encore aujourd'hui et que j'ai retrouvé dans le métrage : le moment où Tom se bat à l'épée contre Mordred.

Grâce à Disney+, mon voeu s'est réalisé ! Cela dit, j'étais convaincu que c'était un film plutôt sérieux, alors qu'il s'agit évidemment d'une comédie familiale Disney des plus farfelues !

En 1979, Hollywood est chamboulé par l'ouragan "La guerre des étoiles", et tout le monde veut faire des films spatiaux, même le studio Disney. Ainsi cette année, il signe "Le trou noir", space opera à gros budget, mais aussi "Un cosmonaute chez le Roi Arthur". Ce dernier titre est un projet beaucoup moins ambitieux, une petite comédie familiale, genre dont le studio s'est fait une spécialité dans les années 60 et 70, avec des vedettes enfants comme Kurt Russell ou Jodie Foster, des réalisateurs capables comme Robert Stevenson : la plus emblématique des séries de ce courant est sans doute les films mettant en vedette la coccinelle Volkswagen ! Allié à des reprises très fréquentes de ses classiques animés, ces oeuvres mineures, mais très rentables, permettent à la compagnie d'éponger les coûts de plus en plus faramineux de ses nouveaux films d'animation.

"Un cosmonaute chez le Roi Arthur" est une adaptation à la sauce spatiale et modernisée de "Un yankee à la cour du Roi Arthur", roman de Mark Twain, classique de la littérature familiale transposé plusieurs fois au cinéma : ce livre a aussi a donné lieu indirectement à tout un courant de comédie fantastique à base de voyages dans le temps, que ce soit "François 1er" ou "Les visiteurs" !

"Un cosmonaute chez le Roi Arthur" est donc un film à tout petit budget, bien loin de titres Disney ambitieux avec acteurs réels de la même période, du genre "Le trou noir" ou "L'île sur le toit du monde". La réalisation est ici confiée à Russ Mayberry, réalisateur de téléfilms à la chaîne. Il est tourné en Grande-Bretagne, entre des décors réels et le studio Pinewood, à l'intérieur duquel est construit une assez vaste salle du trône, une des rares traces de richesse qu'on verra dans le métrage.

Le double-rôle principal de Tom, un scientifique niais, et son robot est tenu par Dennis Dugan, là aussi un acteur de télévision sans grande envergure, qui pour l'anecdote deviendra réalisateur de comédies notamment pour Adam Sandler. Dugan offre une prestation imbécile d'américian crétin très, très vite lassante. La distribution est complétée par quelques vedettes anglaises comme le vétéran Kenneth More ou Jim Dale de la série des "Carry On..." qui font un peu plus d'efforts. Mais cela ne fait pas décoller le métrage pour autant.

Pour traverser les épreuves qui se dressent sur son passage, Tom recourt à des gadgets de science-fiction comme son robot, un tenue de cosmonaute étanche aux flammes, une voiture lunaire, un pistolet laser ou un réacteur portable... Autant de péripéties souvent rendues aux moyens de trucages très rudimentaires, dans des séquences d'"action" vite assommantes.

Bref, vraiment pas un grand classique oublié : moi qui était convaincu depuis quatre décennies qu'il s'agissait d'une sorte de panachage entre "La guerre des étoiles" et "Les aventures de Robin des bois", autant vous dire que j'ai sérieusement déchanté ! Du cinéma très mineur, plus proche d'une production pour le petit écran qu'autre chose...

Vu sur Disney+.

Répondre