Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Science-Fiction, Horreur, Epouvante, Merveilleux, Heroic Fantasy et tout le toutim du Fantastique !

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Avatar de l’utilisateur
DPG
Messages : 4886
Inscription : ven. avr. 30, 2004 1:03 pm
Localisation : Higher, toujours ailleurs

Re: Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Message par DPG » mer. janv. 30, 2008 7:31 pm

Mouais, je l'avais vu à la cinemathèque donc, et j'aurais envie de dire tout ça pour ça. Si le final possède une vraie force et si une installation "lente" semblait plus ou moins un passage obligé, je dois qd meme dire que le temps où le couple déambule ds la cité déserte m'a semblé bien long. Qui plus est le couple "héros" est pas le plus charismatique du monde (la demarche de course de l'homme semble sortie d'un autre monde !). Alors OK, ya qd meme de quoi se mettre sous la dent dans les idées, une certaine ambiance distillée qui fonctionne parfois bien, mais j'avoue que je trouve la reput' du film un peu éxagérée...
"J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de mon égo. J'ai pas encore atteri... "

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Message par Manolito » mer. janv. 30, 2008 10:47 pm

Le début n'est pas super palpitant, mais une fois arrivée sur l'ile des enfants, "Les révoltés de l'an 2000" s'avère une vraie réussite, un film très Noir qui brise des tabous sans sombrer dans le gore ou le scandale racoleur faciles, comme l'aurait fait un film italien du même style quelques années plus tard. Une ambiance qui n'est pas sans rappeler "sa majesté des mouches" version Brooks pour sa froideur terrifiante... Un très bon film...

Zecreep
Messages : 2351
Inscription : ven. avr. 30, 2004 8:27 pm
Contact :

Re: Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Message par Zecreep » dim. juin 22, 2008 5:48 pm

Excellent, comme sa réputation sulfureuse l'annonçait.
Comme Manolito le dit si bien, Serador évite le gore et la violence gratuite pour instaurer un suspense lourd. Le DVD, mis à part une image qui aurait pu peut-être gagné en lumière, est brillant. Y compris les nombreux bonus. Wild Side a encore fait un bon boulot. Le culte, ils aiment, nous aussi.

Ma critique Zoofficielle ici : http://www.avoir-alire.com/article.php3 ... icle=10443

comte vonkrolock
Messages : 10039
Inscription : mer. févr. 28, 2007 6:32 pm
Localisation : Dans les Carpathes Lyonnaises

Re: Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Message par comte vonkrolock » mer. sept. 10, 2008 3:49 pm

Une pure bombe, une ambiance lourde. Le qualificatif Grand Maître du Fantastique n'est pas usurper dans ce cas là, après la découverte de son métrage des Películas para no dormir, le choc pour ces Révoltés de l'An 2000.

Dommage que ce film de la collection Les Introuvables ne puissent bientôt être plus disponible qu'a la FNAC ou bien d'occasse :( §£ :evil: :evil: :evil:
Toi t'est un flic..? Non j'uis un con. :D
Snake Plisken Escape from NY

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20569
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Re: ¿Quién puede matar a un niño? - N. Ibanez Serrador (1975)

Message par Superwonderscope » lun. août 03, 2009 10:53 am

Titre français ultra-stupide, jaquette du Z1 de chez Dark Sky parfaitement ignoble mais un film assez glaçant. dans la série des films mettant en scène des enfants meurtriers, il tient sans aucun souci le haut du pavé.

Contrairement au roman, rien ne justifie le changement de comportement des enfants. Ce qui rend d'autant plus inquiétant le déroulement des événements. Le malaise créé par des images d'archives de guerre qui tentent d'apporter un point de vue (=les enfants sont toujours les première victimes des guerres provoquées par les adultes)en indiquant qu'il s'agirait d'une révolte/rébellion/vengeance qui nous attend. Le réalisateur explique dans l'un des bonus qu'il s'agit d'une erreur et qu'il aurait du mettre ces images (en effet assez insoutenables) en fin de métrage.
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'hypnose (la jeune Lourdes pose ses mains sur le ventre de la touriste anglais enceinte, par exemple) pour le mode de contamination. A la rigueur, ce n'est pas ce qui est le plus important. c'est le mode de représentation d'etres humains(des enfants) qui apparaissent comme étant le véritable danger. Alors que leur comportement (sourire, pleurs, etc.) vont dans le sens de cette impossibilité à les considérer comme dangereux. Jusqu'à attaquer aveuglément :
Spoiler : :
la femme dans sa chair, puisque meme le foetus s'attaque à ce qui le rattache à la vie : sa propre mère
La mise en escène est assez habile quant à isoler les touristes sur l'ile, la baigner de soleil écrasant dans les décors les plus vastes, jqu'à serrer le cadrer et rendre étouffant le combat dans une pièce retirée. La progression dramatique m'a semblée bien amenée. Le carnage final est assez osé, quand même, et ce toujours efficace presque 35 ans après sa réalisation. Même quand au premier enfant tué pour l'occasion. La signification de l'acte prend beaucoup plus de force du fait de l'isolement et du manque d'explication. Ce qu'un Bloody Birthday, par exemple, justifiait par "une eclipse" mais sans autre meance réelle qu'un bis sympa. on est au-delà ici, ne serait-ce que par la fin terriblement amère, qui fait un peu penser à
Spoiler : :
La Nuit des Morts Vivants ou même Long Week End réalisé 3 ans plus tard
En tous cas, un très belle découverte allant bien au-delà d'une série B habituelle. Plus d'ambition et une vraie mise en scène logique jusque dans sa conclusion terrible.

Le Z1 est de bonne facture, rendant plutot bien les scènes d'extérieur à la lumière écrasante. Son mono sur deux canaux. piste anglaise ou espagnole avec st anglais. la piste espagnole rend encore plus compte , du fait d'un moindre souffle, de cette atmosphère étouffante.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

manuma
Messages : 2994
Inscription : dim. mai 08, 2005 9:44 am
Contact :

Re: Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Message par manuma » ven. mars 12, 2010 11:49 pm

Un sujet et des images fortes – ne serait-ce déjà que celles qui illustrent le générique de début – et plusieurs idées assez perturbantes qui nous préservent de voir un jour Hollywood en signer un remake avec Nicolas Cage. Mais ce qui m'a le plus épaté là-dedans, ça reste quand même la mise en scène. Du style naturaliste, semi-documentaire du début à son remarquable travail sur l'ambiance, une fois le couple débarqué sur l’île, j'avoue avoir été plusieurs fois impressionné par la maîtrise, l'art consommé dans le registre du suspense horrifique dont fait preuve la réalisation.

Seul petit bémol là dedans, lié à l’écriture : on a un peu de mal à croire que les 2 héros ne se décident pas à quitter l’île plus tôt. Néanmoins, on a clairement affaire à un incontournable du cinéma de genre européen des années 70.

Vu sur cinécinéma club, où il est actuellement diffusé en VM.

Avatar de l’utilisateur
orco
Messages : 2448
Inscription : ven. avr. 30, 2004 10:21 pm
Localisation : Lille

Re: Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Message par orco » mar. juin 30, 2020 2:48 pm

Ca sort en Blu-Ray chez Carlotta le 16 septembre.
http://www.bluray-mania.com/dvd-blu-ray ... -2000.html

Image

Avatar de l’utilisateur
Murakami
Messages : 45
Inscription : dim. sept. 17, 2006 5:56 pm
Localisation : Flayosc
Contact :

Re: Les Révoltés de l'An 2000 (1976) Narciso Ibanez Serrador

Message par Murakami » dim. juil. 12, 2020 6:58 pm

Moi, j'ai été relativement déçu de ce film dont j'avais entendu des critiques dithyrambiques. J'en attendais trop, il faut croire. Je ne m'y suis pas ennuyé mais tout juste. C'est vrai qu'il y a un vrai sens de la mise en scène mais j'ai assez peu ressenti cette tension terrible dont vous parlez.
Du même réalisateur, j'ai nettement préféré "La résidence" que je ne suis pas loin de considérer comme un chef d'oeuvre.

Répondre