Midi-Minuit Fantastique - Revue mythique

Infos et annonces sur les Magazines / Fanzines

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
MadXav
DeVilDead Team
Messages : 12496
Inscription : lun. mai 03, 2004 8:18 am
Localisation : Sur la plage à latter des Ninjas rouges

Midi-Minuit Fantastique - Revue mythique

Message par MadXav » ven. avr. 20, 2007 3:03 pm

Attention, revue culte.
N'en trouvant pas sur le forum, je me permets d'ouvrir un thread dédié à la revue mythique Midi-Minuit Fantastique.

N'ayant connu que sur le tard cette revue publiée entre 1962 et 1970, c'est avec un réel interet que j'ai lu le dossier réalisé par Emmanuel Denis (merci à toi et grand bravo).
Je mets le lien ici car la news (pourtant d'importance) n'est restée que deux jours en première page (ingratitude de l'actualité !) :
http://www.devildead.com/indexdossier.php3?dossier=21

Bonne lecture donc à ceux qui sont passés à côté de cette mine d'information pour laquelle Emmanuel est allé rencontrer l'un des pères fondateurs : Jean-Claude Romer

A noter aussi que Emmanuel avait déjà ouvert un thread sur le fameux numéro 8 qui se vend tout de même aux allentours de 85euros :
http://www.devildead.com/forum/viewtopic.php?t=11505
Dessin et sketching liés au cinéma, au voyage, etc. :
Image

Avatar de l’utilisateur
arioch
Site Admin
Messages : 12270
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:17 am

Message par arioch » ven. avr. 20, 2007 3:24 pm

Yep, c'est pour ca que des que la news a disparu de la page principale, j'ai ajoute un lien sur la partie droite sous les chroniques. Il faudrait que je le mettes mieux en avant mais je ne sais pas trop comment faire pour l'instant...
"Fuck The World", Rambo

Avatar de l’utilisateur
Red Helling
Messages : 636
Inscription : ven. avr. 30, 2004 10:32 am

Message par Red Helling » ven. avr. 20, 2007 3:37 pm

Je l'ai lu hier et, n'en trouvant pas (mais finalement voilà qui est fait ;)), je voulais justement ouvrir un thread sur ce dossier pour dire à quel point je l'ai trouvé passionant ! Je ne connaissais pas du tout cette revue, mais lire le parcours, cette aventure et la passion avec laquelle Jean-Claude Romer parle de tout ça... Je le redis c'est passionnant !

J'en profite donc pour remercier tout ceux qui ont participé à ce dossier. :)
Gentlemen, synchronize Swatches ! - Parker Lewis

It's like when you're sitting somewhere and they come over and say to ya, "What are you thinking ?" and you start thinking, "y'know, if I wanted you to know, I'd be talking !" - Al Bundy (MWC)

Avatar de l’utilisateur
romain2
Messages : 484
Inscription : ven. avr. 30, 2004 12:33 pm
Contact :

Message par romain2 » ven. avr. 20, 2007 3:39 pm

trés beau dossier!!

joli travail, chapeau bas

Avatar de l’utilisateur
Jeremie
Messages : 839
Inscription : jeu. avr. 21, 2005 6:25 pm
Localisation : In the Cloud
Contact :

Message par Jeremie » ven. avr. 20, 2007 5:34 pm

Et je suisheureux que mon pater possède toute la collection des Midi-Minuit :mrgreen:
Découvrir ça à 13-14 ans, hum ça secoue )8
Très très bon dossier !

Avatar de l’utilisateur
mercredi
DeVilDead Team
Messages : 1107
Inscription : mer. déc. 06, 2006 2:55 pm

Message par mercredi » sam. avr. 21, 2007 8:21 pm

Excellent dossier en effet :D
En fouillant dans les brocantes et en fréquentant les ventes aux enchers, il demeure encore possible de se procurer certains numéros à prix modique. Une chose dans ce dossier: la notion de "rareté", d' "inédit" revient assez régulièrement. On nous explique entre autres que de nos jours, internet, le dvd, la propagation de la presse spécialisée, mettent à la portée de tous le genre qui nous est cher (d'où la disparition de la revue :oops: ). Je ne suis pas tout à fait d'accord (il suffit de parcourir les "notules lunaires" de Mad ou celles de l'Écran pour s'en convaincre - ces oeuvres que nous ne visionnerons peut-être jamais). Je reste persuadée que l'Épouvante cinématographique contient encore quelques bijoux inconnus, oubliés, nécessitant des passionnés pour les (re)faire briller.

Avatar de l’utilisateur
arioch
Site Admin
Messages : 12270
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:17 am

Message par arioch » sam. avr. 21, 2007 8:41 pm

Mercredi, tous les titres que tu vois dans les news de Mad et de l'EF sont disponibles tot ou tard. Pire, parfois, les news en question donnent l'impression que le film va bientot arriver, est en tournage, en projet... Alors qu'il est déjà disponible en DVD quand le magazine sort ! C'est arrivé plus d'une fois ! Donc, dire que l'on ne verra jamais, je pense que c'est exagéré car si TU VEUX, TU PEUX. La difference avec auparavant ou deja on ne savait pas que les films existaient, ensuite si tu savais qu'ils existaient, il n'y avait pas de vidéo et il fallait donc attendre une projection... mais ou ? A present, tu fais ton marché sur internet et tu peux voir quasiment tout ce que tu veux, il y a une enorme difference, quand meme. Alors, bien sur, il y a encore des trucs qui manquent, qui sont difficilement visibles mais c'est negligeable en comparaison de l'offre si on met ca en perspective avec les annees 50/60.
"Fuck The World", Rambo

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Message par Manolito » lun. avr. 30, 2007 7:01 pm

En réponse à Francis Moury...

"Je précise que René Prédal avait ,je crois, déjà publié un index de tous les noms, films cités et articles publiés dans l'ensemble des MMF en guise d'appendice à son travail d'ensemble sur la revue : travail il est vrai devenu très difficile d'accès. "

Ce livre est effectivement devenu très, très rare, même en bibliothèque. La seule fois où j'en ai vu un exemplaire, c'était chez JC Romer. Je ne savais pas qu'il y avait un index. Je ne sais pas s'il est aussi complet que le mien, car là j'ai vraiment cité un maximum de choses (titres dans des compte-rendus de festival, titres avec seulement une note, etc.). J'ai aussi recherché au maximum des titres français parfois non mentionnés dans Midi-Minuit à l'époque, de films sortis seulement en vidéo bien plus tard, etc. Donc voilà, j'ai fait le maximum là-dessus, je pense... L'index fantastyka est - hélas - bien moins complet par exemple, même s'il permet de se retrouver dans ses affaires.

"Je précise aussi que Jean-Claude Romer - que je salue au passage s'il lit ces lignes - commet une petite erreur que je recitifie dans la section "Romer contre Rohmer" : le philosophe frère d'Eric n'a pas pour prénom "Jean" mais René. Il est bien connu des lecteurs de Husserl puisqu'il a traduit certains textes importants du fondateur de la phénoménologie dans la collection Epiméthée des P.U.F., et publié en collaboration avec Lothar Kelkel un "Husserl" aux mêmes P.U.F., coll. "Philosophes" dirigée par Emile Bréhier, Paris 1964. "

Merci pour la correction, je l'ignorais... :wink:

"Je précise également que Michel Caen, Alain le Bris et quelques autres participants à M-M F sont encore bien vivants et je suggère qu'ils devraient, à leur tour, témoigner pour que nous ayons les "sons de cloches" essentiels des contributeurs les plus importants, certainement riches et forcément complémentaires de ceux, déjà très succulents, de Romer. "

Pour tout avouer, nous avions prévu de le faire au départ. Mais rien que de faire ce dossier et l'index, les mettre en ligne, le rédiger, etc. a pris tellement de temps et d'énergie que j'ai préféré en rester là. Sinon, le dossier aurait été publié dans deux ou trois ans, je ne sais pas si j'aurais encore eu l'énergie de poursuivre un travail qui a déjà été étalé sur plusieurs années, avec parfois de rès longues interruptions. Parce qu'on a une vie - voire des vies - à côté, pas forcément faciles, un site à faire tourner sur une base quotidienne.

L'index, je l'avais fait pour moi, pour mon usage. Et comme avc internet je pouvais le mettre la disposition de tous sans que cela me demande plus d'efforts que cela... Voilà... Le dossier, il s'agissait d'abord de combler ma curiosité personnelle sur un sujet qui me passionne. Cela dit je ne suis même pas sûr d'avoir été à l'origine de l'interview, je ne sais plus sir c'est moi ou Arioch qui en a eu l'idée. C'est vous dire si ça date... :lol: Je précise que je n'étais pas né lorsque le dernier numéro de Midi Minuit est sorti, voir pas né quand est sorti le premier Mad Movies par exemple, c'est dire que je ne partais pas de grand chose... Comme dit plus haut, le livre de Prédal est rès rare, le fanzine de Pierre Charles, n'en parlons même pas...

Dans un second temps, le but de cet article était aussi de remettre en avant les personnes qui ont été les VRAIS pionniers qui ont défriché le cinéma fantastique et posé la base de la presse de cinéma fantastique "à la française", parce que pas mal de gens ignorent purement et simplement qu'il y avait quelque chose dans ce domaine avant, disons, le début des années 80. Voire parfois plus tard... Des noms pionniers par la démarche avant-gardiste (l'intérêt dans un domaine de la culture populaire), mais aussi en terme d'exigence de qualité du travail fourni. J'ai voulu remettre ces noms à l'honneur et ce sur un site qui a une bonne visibilité, qui attire, nous l'espérons, non seulement des visiteurs "pointus", mais aussi et surtout des amateurs curieux qui viennent avec l'envie d'apprendre des choses qu'ils ne connaissaient pas... Le dossier aurait pu être encore plus complet, mais je pense qu'en l'état actuel, il est une bonne synthèse de l'aventure de midi-minuit, présentée sous une forme je l'espère attractive et amuante à lire...

francis moury
Messages : 112
Inscription : lun. sept. 26, 2005 4:19 pm

Message par francis moury » lun. avr. 30, 2007 11:03 pm

Manolito a écrit :En réponse à Francis Moury...

"Je précise que René Prédal avait ,je crois, déjà publié un index de tous les noms, films cités et articles publiés dans l'ensemble des MMF en guise d'appendice à son travail d'ensemble sur la revue : travail il est vrai devenu très difficile d'accès. "

Ce livre est effectivement devenu très, très rare, même en bibliothèque. La seule fois où j'en ai vu un exemplaire, c'était chez JC Romer. Je ne savais pas qu'il y avait un index. Je ne sais pas s'il est aussi complet que le mien, car là j'ai vraiment cité un maximum de choses (titres dans des compte-rendus de festival, titres avec seulement une note, etc.). J'ai aussi recherché au maximum des titres français parfois non mentionnés dans Midi-Minuit à l'époque, de films sortis seulement en vidéo bien plus tard, etc. Donc voilà, j'ai fait le maximum là-dessus, je pense... L'index fantastyka est - hélas - bien moins complet par exemple, même s'il permet de se retrouver dans ses affaires.

(...)

L'index, je l'avais fait pour moi, pour mon usage. Et comme avc internet je pouvais le mettre la disposition de tous sans que cela me demande plus d'efforts que cela... Voilà... Le dossier, il s'agissait d'abord de combler ma curiosité personnelle sur un sujet qui me passionne. Cela dit je ne suis même pas sûr d'avoir été à l'origine de l'interview, je ne sais plus sir c'est moi ou Arioch qui en a eu l'idée. C'est vous dire si ça date... :lol: Je précise que je n'étais pas né lorsque le dernier numéro de Midi Minuit est sorti, voir pas né quand est sorti le premier Mad Movies par exemple, c'est dire que je ne partais pas de grand chose... Comme dit plus haut, le livre de Prédal est rès rare, le fanzine de Pierre Charles, n'en parlons même pas...
Il faut que je compare les deux Index un jour car j'ai un ami qui a le Prédal chez lui. Mais enfin je vous refélicite a priori : l'idée que quelqu'un ait refait un tel travail - probablement à jour et corrigé par rapport au travail initial, peut-être original sur certains aspects - et l'ait publié me plaît de toutes manières.

Tout cela m'a rappelé de bons souvenirs : Romer m'avait envoyé son essai de définition du fantastique avec un exemplaire de l'article synthétique remarquable qu'il avait publié sur l'histoire du cinéma fantastique pour l'Encyclopédia Universalis.
Il voulait que je lui commente d'un point de vue philosophique, sémantique, que sais-je ? mais à l'époque je n'avais pas envie d'écrire. Nous nous sommes ratés : n'étions pas synchronisés. Cela arrive parfois lorsque les différences d'âge sont importantes entre les gens.

Une chose à retenir : Romer se passionnait davantage pour le cinéma fantastique américain et Le Bris et Caen pour le cinéma anglais et la Hammer. Et bien des informations de première main sur l'établissement des filmographies, la personnalité de Losfeld, de Boullet. Tout cela est passionnant.

PS : Ecoutez n'hésitez pas pour des raisons de commodité à déplacer mon message initial paru dans la section "Cinéma fantastique" ici : j'avais simplement recherché dans la section "Cinéma" au lieu de chercher ici s'il existait déjà un forum dédié à la revue.
"Felix qui potuit rerum causas cognoscere"

Avatar de l’utilisateur
fiend471
Messages : 1308
Inscription : ven. avr. 30, 2004 4:01 pm
Localisation : depts 94, 75,99
Contact :

Message par fiend471 » mar. mai 01, 2007 12:54 pm

un dossier vraiment trippant :)

le titre "safari à bruxelles" y'a des décades plutôt dans un univers cinématographique aussi méconnu, déjà on en rêve 8)

mr moury, l'article sur le brady et autres cinemas de quartier, j'avais adoré aussi 8)
Cthulhu vs Macross Zero = my dream !

Avatar de l’utilisateur
drummonde
Messages : 910
Inscription : lun. mars 21, 2005 12:42 am
Localisation : Paris

Message par drummonde » mar. mai 01, 2007 10:38 pm

Si j'ai bien compris c'est Manolito ( un pseudo aussi incomprehensible que Manuma ou Drummonde :D ) qui a fait ce dossier ?

Je me joins a l'eloge general : chapeau ! Un plaisir a lire ! Mon passage préféré est certainement l'evocation de ce vieux cinoche des grands boulevards accolé a un bar-tabac qui diffusait des films d'epouvante ... Le Midi-Minuit si je ne m'abuse 8)
Ceci est un P.38, le flingue le moins puissant du monde. Si je te touche avec, c'est même pas dit que je te fasse un troisième téton.
Image

francis moury
Messages : 112
Inscription : lun. sept. 26, 2005 4:19 pm

merci+

Message par francis moury » mer. mai 02, 2007 2:25 am

fiend471 a écrit :un dossier vraiment trippant :)

le titre "safari à bruxelles" y'a des décades plutôt dans un univers cinématographique aussi méconnu, déjà on en rêve 8)

mr moury, l'article sur le brady et autres cinemas de quartier, j'avais adoré aussi 8)
Merci : vous me faites plaisir.
Je parle d'ailleurs du Midi-Minuit, et du "Midi-Minuit ex-Bergère" dedans, puisque je m'honore de l'avoir programmé durant ses cinq premières semaines d'existence, comme vous le savez puisque vous avez lu mes souvenirs.

J'avais fait remarquer à Pierre Charles qu'il avait oublié cette "Brève résurrection du Midi-Minuit" - comme l'avait si bien nommée Philippe Ross dans La Revue du cinéma de novembre 1985 - dans le numéro de son fanzine consacré au cinéma Midi-Minuit qui était donc de facto incomplet. Il m'avait promis de rectifier l'oubli en cas de réédition. Bon évidemment, ce n'est pas d'outre-tombe qu'il va le faire...

Herbert P. Mathese :arrow: http://www.dvdrama.com/news.php?19756 est illustré en haut par une photo que Mathese avait prise du Midi-Minuit durant la période charnière érotique/pornographique de 1975 : La Veuve lubrique est un film érotique au sens strict, sans pénétration, donc pas un film hard bien qu'il soit tout aussi bandant, voire davantage avec le recul : effet de backlash et de satiété nullemen paradoxal - plus récemment aussi n'a pas mentionné ma programmation mais très volontairement parce que lui voulait se limiter expressément au Midi-Minuit physique initial, ce qui est un argument logique. Inconsciemment, ça devait être aussi la cause profonde de l'oubli de Charles, à mon avis. Mon Midi-Minuit n'était plus tout à fait le leur, celui qu'ils fréquentaient, puisqu'il avait changé de place et qu'il était passé du Bld. Bonne nouvelle à la rue Bergère.

Mais enfin l'esprit Midi-Minuit survivait bien au Bergère durant ces 5 semaines qui furent parmi les plus belles de ma vie... Comme spectateurs assidus, j'avais Gans - si enthousiasmé qu'il avait publié un article annonciateur de ma programmation dans le Starfix "spécial Rambo 2" en couverture - Boukrief, Lemaire, et quelques autres qui se souviennent bien de tout ça. Le "Démon" de Socrate, c'était la philosophie : le nôtre à ce moment-là, c'était le cinéma et DEMONI de Lamberto Bava. Et c'est toujours, d'ailleurs... même si je n'oublie pas la philosophie non plus, en ce qui me concerne.

PS : j'en profite pour me corriger moi-même. Husserl n'est pas stricto sensu le "fondateur" de la phénoménologie comme je l'écrivais un peu rapidement dans un message précédent. Hegel avait créé le terme un siècle plus tôt, même si celui-ci ne recouvrait pas le même contenu. Husserl lui-même se voulait d'ailleurs un disciple de Brentano et de Descartes. Cf. Husserl, Méditations cartésiennes, etc....

PS2 sur le Péplum : Une chose dans les souvenirs de Romer me turlupine: sa lassitude de voir 50 péplums par semaine sortir sur les écrans. Il exagère historiquement puisque 150 à 200 furent produits de 1952 à 1965 inclus, en guise de "Seconde vague". Donc on ne pouvait pas en voir 50 en une semaine, c'est certain. Mais surtout cette lassitude, issue de la satiété, m'est difficilement compréhensible, même en faisant un effort rétrospectif.

Aujourd'hui, on se bat en duel avec les 20 ou 30 éternels mêmes péplums en master restauré, qui sont d'ailleurs excellents en général, ou très bons ou bons mais... on ne peut plus voir les 150 autres du tout ou alors on nous les sert à nouveau recadrés un peu ou beaucoup alors que le DVD devrait pourtant... bref, vous connaissez la rengaine ! Entre les deux périodes, j'eusse largement préféré connaître celle du Second a^ge d'or que celle actuelle de relative voire franche pénurie.
Je ne me lasserai pas de répéter que le Péplum est un des plus beaux genres de l'histoire du cinéma mondial et qu'il n'existe pas encore d'éditions collector dignes de ce nom des plus beaux péplums fantastiques signés Mario Camerini (ULYSSE), Pietro Francisci (LES TRAVAUX D'HERCULE, HERCULE ET LA REINE DE LYDIE), Mario Bava (HERCULE CONTRE LES VAMPIRES), Vittorio Cottafavi (LA VENGEANCE D'HERCULE qui est probablement le plus beau péplum fantastique jamais filmé de toute l'histoire du genre : son équilibre est parfait, sa variété admirable et son scénario tout aussi admirable), Riccardo Freda (MACISTE EN ENFER, LES GEANTS DE THESSALIE, LE GEANT À LA COUR DE KUBLAI KHAN), Carlo Ludovico Bragaglia (LES AMOURS D'HERCULE), Carlo Campogaliani, Guido Malatesta, Mario Caiano (ULYSSE CONTRE HERCULE), Giorgio Ferroni (HERCULE CONTRE MOLOCH), Giacomo Gentilomo (MACISTE CONTRE LE FANTÔME, MACISTE CONTRE LES HOMMES DE PIERRE) Domenico Paolella (HERCULE CONTRE LES TYRANS DE BABYLONE), etc...

On dispose de quelques bonnes éditions collector de péplums religieux, bibliques, ou de péplums historiques américains, mais la Seconde vague du péplum italien n'a pas d'éditions collector à la hauteur. Ni en France ni en Italie, ni nulle part.

Idem pour la partie historique de la même Seconde vague: Cottafavi encore (MESSALINE, LA REVOLTE DES GLADIATEURS, LES LEGIONS DE CLEOPATRE qui est la meilleure version jamais filmée de la biographie de la reine d'Egypte, supérieure même à celle de J.L.M. par sa beauté tragique et son lyrisme grandiose), Ferroni (LA TERREUR DES GLADIATEURS, magnifique version du CORIOLAN illustré par Shakespeare et Plutarque), Victor Tourjanski ou y je ne sais jamais (SAPHO VENUS DE LESBOS) tourné en coll avec je ne sais plus qui, un Italien en tout cas, et tant d'autres films plastiquement si magnifiques.

Enfin je m'écarte du sujet... encore que pas tant que ça !
C'est désespérant. Au moins Romer avait le privilège de voir ces films au format respecté, en temps réel, au cinéma. Et il ne s'en rendait pas compte...
Dernière modification par francis moury le jeu. mai 26, 2011 9:22 pm, modifié 1 fois.
"Felix qui potuit rerum causas cognoscere"

Avatar de l’utilisateur
phibes
Messages : 543
Inscription : ven. avr. 30, 2004 3:26 pm
Localisation : CARPATHES

Message par phibes » dim. mai 06, 2007 11:10 am

c'est un travail époustouflant et passionnant ce dossier , bravo et merci à emmanuel denis .

bluesoul
Messages : 4356
Inscription : sam. sept. 27, 2008 4:09 pm
Localisation : Tokyo dans les annees 70s, baby! Yeah!

Re: Midi-Minuit Fantastique - Revue mythique

Message par bluesoul » mer. juil. 28, 2010 4:21 pm

"Le Monde", aussi, et le temps d'un article fait revivre l'epoque de Midi-Minuit Fantastique
Si, un jour on aurait imagine que ce "mauvais genre" serait si reconnu... :mrgreen:

Lien vers l'article original:
http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html
Chronique
Erotisme, épouvante, dans le Paris des années 1960
| 28.07.10 | 13h25

Samuel Blumenfeld (La saga des revues)

Midi-Minuit fantastique devient en juin 1962, avec la sortie de son premier numéro, la première revue française consacrée au cinéma fantastique et d'épouvante. Cette particularité relèverait du simple fait d'histoire si cette publication trimestrielle ne s'était révélée, de manière consistante, jusqu'à son ultime livraison durant l'hiver 1970, la meilleure du genre, en Europe comme aux Etats-Unis. Un genre, le fantastique, jugé inclassable à l'époque, marqué du sceau du scandale et du mépris, et ignoré des "Histoires du cinéma".

Au moins deux ouvrages avaient, dans les années 1950, préparé le terreau sur lequel Midi-Minuit fantastique allait prospérer, pour des ventes d'environ 6 000 exemplaires par numéro, impressionnantes pour pareille revue : L'Ecran démoniaque, de Lotte Eisner, consacré au cinéma allemand des années 1920 et 1930, où apparaissent plusieurs films fantastiques et expressionnistes comme Metropolis (Fritz Lang, 1927) et Le Cabinet du Dr Caligari (Robert Wiene, 1919) et Le Surréalisme au cinéma, d'Ado Kyrou, publiés tous deux par Le Terrain vague, la maison d'édition fondée par Eric Losfeld, qui deviendra l'éditeur de Midi-Minuit fantastique.

Déjà, dans le livre d'Ado Kyrou, sont défendus les films dont Midi-Minuit se chargera de la défense et de l'illustration : Le Masque du démon (Mario Bava, 1960), Le Voyeur (Michael Powell, 1960) et Le Cauchemar de Dracula, de Terence Fisher (1958), le metteur en scène anglais qui, à partir de la fin des années 1950, va revisiter les archétypes du fantastique, de la momie au loup-garou en passant par le vampirisme.

Le noyau dur qui va fonder Midi-Minuit se rencontre au Minotaure, rue des Beaux-Arts, à Paris, une librairie spécialisée dans le fantastique littéraire et cinématographique, l'ésotérisme, la pataphysique, et fréquentée par Jacques Prévert, Boris Vian, Roland Topor ou Jean-Christophe Averty. C'est ici que Jean-Claude Romer, futur rédacteur en chef de la revue, fait la connaissance de Jean Boullet, collectionneur et illustrateur passionné par le cinéma fantastique, plus spécifiquement la période américaine des années 1930, avec une obsession pour King Kong, Bela Lugosi, l'interprète emblématique du Dracula, de Tod Browning, en 1931, et les figures de monstres. "Jean Boullet, se souvient Jean-Claude Romer, était toujours habillé de cuir noir. Homosexuel, il parlait fort, prenait tout le monde à témoin, et jetait des anathèmes sur tel ou tel film. "

Jean Boullet avait publié plusieurs livres au Terrain vague. Le patron de la maison d'édition, Eric Losfeld, avait reçu la visite de deux jeunes gens, Alain Le Bris et Michel Caen, qui lui proposent d'éditer un livre sur Terence Fisher. "Vous avez matière à beaucoup plus qu'un simple livre. Il faudrait faire une revue entière", leur dit Losfeld, qui devient naturellement l'éditeur de Midi-Minuit.

Le premier numéro est naturellement consacré à Terence Fisher, avec, en couverture, une photo de plateau de La Nuit du loup-garou (1960) où l'acteur Oliver Reed, transformé en bête, étrangle sa mère. Jean-Claude Romer avertit son éditeur des risques de censure avec une telle "une".

Mais Losfeld qui, outre les textes de Benjamin Péret, Marcel Duchamp et Boris Vian, publie des ouvrages érotiques, dont Emmanuelle, n'en a que faire. "Allez ! On y va !", déclare-t-il. La composante littéraire restera fortement présente dans la revue, avec la publication du Dracula, de Bram Stoker, dans le numéro 4-5 ou, dans le numéro 6, de la nouvelle de Richard Connell, Le Plus Dangereux des gibiers, qu'adaptera Ernest B. Schoedsack pour La Chasse du comte Zaroff, en 1932.

De fait, érotisme et fantastique apparaissent dans l'histoire de la revue comme deux notions indissolublement liées, constituant le véritable ciment de la publication. Le numéro 3 de Midi-Minuit est consacré à King Kong, où l'actualisation du thème de La Belle et la Bête soulève davantage l'enthousiasme des rédacteurs que les impressionnants effets spéciaux du film réalisé par Ernest B. Schoedsack.

Le célèbre numéro 8, publié en janvier 1964, et intitulé "Erotisme et épouvante dans le cinéma anglais", avait valeur de manifeste. Il vaudra à Eric Losfeld une visite de la police, d'évidence troublée par les nombreuses photos érotiques publiées dans la revue de cette femme masquée et dénudée, à la pose lascive, embrassant un serpent dans Les Deux Visages du Dr Jekyll (Terence Fisher, 1959) et les scènes d'orgie des Chevaliers du démon (Robert Baker et Monty Berman, 1961).

Ce goût prononcé dans ce numéro - en fait, dans chacun d'entre eux - pour les femmes nues, fouettées, désirées et honorées, ou à barbe (Annie Girardot dans Le Mari de la femme à barbe (Marco Ferreri, 1964) vaudra à Eric Losfeld l'interdiction de réimprimer cet exemplaire. Le nom de la revue, hommage direct au Midi-Minuit, la célèbre salle de quartier des Grands Boulevards, à Paris, qui programmait des films érotiques et d'épouvante, n'est pas un hasard. On pouvait rentrer dans la salle à tout moment, de midi à minuit, justement, et assister, selon les époques, à un strip-tease durant l'entracte.

Jean Boullet est l'une des signatures qui marque les premiers numéros. Il faut bien évidemment lui adjoindre celles des deux rédacteurs en chef, Jean-Claude Romer et Michel Caen, ainsi que celles de Jacques Sternberg et Francis Lacassin. Le travail considérable d'historiographie effectué par Jean-Claude Romer sur les grands noms du cinéma fantastique, à une époque où personne d'autre en France ne s'y était attelé, offre une assise très forte à Midi-Minuit, qui reste aujourd'hui encore un outil de travail incomparable.

Jean Boullet reste un cas à part, incarnant un autre versant. L'écrivain inventait les films qu'il avait vus, ou les réinventait, les rendant, tel Dracula (Tod Browning) ou The Mask of Fu Manchu (Charles Brabin, 1932), infiniment plus géniaux qu'ils ne l'étaient. "Il me disait souvent, se rappelle Jean-Claude Romer : "Heureusement que je n'ai pas vu The Old Dark House (James Whale, 1932), ou Le Chat noir (Edgar G. Ulmer, 1934), on les trouverait mauvais !""

Ce parti pris de réinventer les films, au mépris de l'exactitude, permettait pourtant de saisir une vérité. Il suffit de relire la critique par Jean Boullet de L'Epée magique (Bert I. Gordon, 1962), un médiocre film d'aventures teinté de fantastique, dans le premier numéro de Midi-Minuit, pour être convaincu de la nécessité d'inventer parfois les films pour mieux en parler. "Le héros ressemble à Superman, conclut Jean Boullet, et la jeune première, au talent de cire, est un bien bel objet que l'on aimerait empailler pour orner le cabinet du naturaliste de quelque château sadien."

Midi-Minuit fantastique. Edité par Eric Losfeld. 1962-1970.
Samuel Blumenfeld (La saga des revues)
En direct du Japon. Bonsoir. A vous, Cognac-Jay.

francis moury
Messages : 112
Inscription : lun. sept. 26, 2005 4:19 pm

Re: Midi-Minuit Fantastique - Revue mythique

Message par francis moury » jeu. mai 26, 2011 9:02 pm

L'article de S.B. est, par lui-même, exact mais il faut bien avoir conscience qu'il est non moins évidemment lacunaire en raison de sa brièveté, concernant un certain nombre de faits, à commencer par les sources de Midi-Minuit fantastique : il oublie par exemple le n° spécial fantastique de la revue Cinéma, et il oublie aussi quelques livres.

Il est lacunaire encore concernant la position de son objet dans le temps en négligeant également les revues et fanzines apparus à la fin de M.-M. F. et qui prirent ensuite le relais, notamment les éditions françaises de Creepy, Eery et Vampirella dont les dix premiers n° sont d'une richesse d'autant plus grande que, tout comme dans les M.-M. F., les différents arts y furent représentés, illustrés, analysés : littérature, cinéma, photographies, bandes-dessinées, danse, sculpture sans oublier leur publication d'importants entretiens avec certains cinéastes et certains acteurs.

S.B. passe également sous silence le fait que le cinéma fantastique était chroniqué systématiquement dans les grands quotidiens, y compris celui dans lequel il publie son propre article : Jean-Marie Sabatier, Les Classiques du cinéma fantastique, éd. Balland, Paris 1973 avait ainsi reproduit, en légende d'une photo de plateau N.&B. (ou d'une photo d'exploitation hélas détourée) de LA CHAMBRE DES TORTURES de Roger Corman, un extrait de la critique de Jean de Baroncelli parue dans Le Monde. C'est la raison pour laquelle René Prédal pouvait déjà, dans sa monographie sur Terence Fisher pour L'Anthologie du Cinéma, éd. de l'Atalante, d'abord tirée brochée à part, puis intégrée dans la version reliée du tome XIII, en 1983, constituer de remarquables dossiers de presse française pour chacun des grands films de Fisher. Le même Prédal écrivait d'ailleurs dans la revue généraliste Cinéma des critiques de films fantastiques. Nicolas Stanzick, Dans les Griffes de la Hammer, nouvelle éd. B.D.L. Paris 2010 a pu à nouveau fournir une belle synthèse et une belle analyse de cette période et de ces sources, qu'il a souvent citées, puis méticuleusement classées et organisées en annexes.

Un simple fait permet d'en prendre la mesure : la première Convention française du cinéma fantastique fut chroniquée dans des revues postérieures, telles que L'Ecran fantastique (par le récemment défunt Pierre Gires, qui n'était pas un intellectuel mais qui aimait sincèrement le genre, comme je l'écrivais récemment à Jean-Pierre Bouyxou après qu'il m'eut appris la nouvelle de son décès) et par Creepy.

Enfin il est regrettable que l'article de S.B. néglige un fait très important historiquement : à savoir que la revue M.-M.F. ait pu réaliser le rêve de programmer une salle de cinéma parisien qui fut, par une certaine ironie du sort, non pas du tout la salle de laquelle elle se revendiquait en lui ayant emprunté une partie de son titre, mais une salle nommée Le Studio de l'Etoile, aujourd'hui uniquement fréquentée par les journalistes et les attachés de presse puisqu'elle présente les films en projections d'avant-premières. Souvenons-nousr que FREAKS de Tod Browning, L'ENTERRE VIVANT de Roger Corman et bien d'autres classiques du cinéma fantastique furent programmés par la société Etoile distribution, en exclusivité au Studio de l'Etoile, par l'équipe de Midi-Minuit Fantastique dans les années 1965-1970, approximativement. J'ai personnellement découvert au Studio de l'Etoile un certain nombre de classiques du cinéma fantastique : L'EMPIRE DE LA TERREUR de Roger Corman, L'HOMME LEOPARD de Jacques Tourneur, etc...
"Felix qui potuit rerum causas cognoscere"

Répondre