Valdez (Valdez is coming) - Edwin Sherin (1970)

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
savoy1
Messages : 877
Inscription : mar. mai 31, 2005 4:57 pm
Localisation : pas à Paris, mais pas loin

Valdez (Valdez is coming) - Edwin Sherin (1970)

Message par savoy1 » mer. mars 19, 2008 12:21 am

Découverte ces jours-ci, sur Cinéma Classic, de ce film et ce réalisateur méconnus.

L’aide mexicain du shérif se heurte à un notable raciste, lorsqu’il réclame 100 dollars à celui-ci, pour la veuve indienne d’un soldat noir abattu à tort.

La mise en bouche est attrayante, dès la fin du générique, on est jeté au cœur de la situation sans crier gare, avec le siège du cabanon de ce « nègre » par une population compacte, femmes et enfants compris. Puis le héros exprime son désaccord et ne tarde pas à se faire battre, attacher à une croix et il est laissé pour mort.
Mais ensuite, on se rend vite compte qu’on n’a plus affaire qu’à une trame hyper minimaliste, se résumant finalement à la course poursuite habituelle entre le vétéran, retrouvant ses anciens réflexes dans une nature hostile et désertique, et des hommes de main, que l’on sait n’être là que pour servir de cibles au compte-goutte.

Le tout est desservi par une direction d’acteurs qui me semble inexistante, des personnages raides comme des piquets, aux visages inexpressifs (que dire du ridicule maquillage basané de Lancaster qui frôle le bronzage aux UV ?), un manque quasi-total de caractérisation. Que fait le méchant notable au sein de sa bourgade, hormis du trafic d’armes ? Quid du reste de la population « blanche » une fois l’intrigue entamée ? On n’en saura guère plus.
La technique n’assure pas mieux, ne proposant que champs contre champs et montage plan-plan. Almeria n’est vraiment pas mise en valeur.

Heureusement une fin non convenue, rassemblant, une fois n’est pas coutume, tous les protagonistes, nous laissera sur une note plus intéressante. Tout ça pour ça ?...

Flomax
Messages : 38
Inscription : mer. oct. 04, 2006 10:01 am
Contact :

Re: Valdez (Valdez is coming) - Edwin Sherin (1970)

Message par Flomax » mer. mars 19, 2008 4:28 pm

Un très bon film adapté d'un magnifique livre d'Elmore Leonard :wink:

Image

manuma
Messages : 3001
Inscription : dim. mai 08, 2005 9:44 am
Contact :

Re: Valdez (Valdez is coming) - Edwin Sherin (1970)

Message par manuma » jeu. mars 20, 2008 1:15 pm

1890. Roberto Bob Valdez, convoyeur de diligences d'une soixantaine d'années, sert occasionnellement d'adjoint au shérif de Lanoria, une ville de l'Arizona. Une fonction qui l'amène un jour à prendre parti pour un certain Rincon, un Noir accusé à tort de meurtre par le puissant Tanner. Mais une fusillade éclate et dans la confusion, Valdez abat par méprise Rincon. Mortifié, il entreprend de collecter deux cents dollars pour la veuve. Ce qui lui vaut d'être la risée des notables de Lanoria et de se voir chassé à coup de revolver. Mais Valdez n'a pas dit son dernier mot...



Image


Savoy the first (and only) m’a pris de court sur le sujet. J'envisageais justement un petit quelque chose sur ce western relativement rare à la télé, également découvert par le biais sa diffusion sur Ciné Cinéma Classic.

Ben j’ai bien, voire beaucoup aimé ce Valdez is coming et je te trouve relativement dur, Savoy, concernant la réalisation d'Edwin Sherin. Effectivement celle-ci n’est pas d’une folle invention, a par moment un petit côté téléfilm … et Sherin a d’ailleurs filé direct à la télé après ce film et un second métrage, Glory Boy, sur la difficile réhabilitation à la vie civile des vétérans du Vietnam (celui-là, je m’en veux encore de ne pas l’avoir pris en cash lorsque j’en ai eu l’occas’ il y a quelques années). Mais sa mise en scène a tout de même pour elle un rythme soutenu, quelques plans pas trop mal foutus et un découpage parfois surprenant (l’ellipse juste après l’épreuve de la croix, la séquence de l’intrusion nocturne de Valdez dans le ranch de Tanner) et, à dire vrai, je n’en espérais pas tant de sa part (peut-être aussi est-ce la raison pour laquelle je suis plus indulgent que toi).

Maintenant, le meilleur là dedans réside de toute façon dans l’interprétation puissante de Lancaster (grimé de façon moyennement convaincante en effet) et l’intrigue basique mais béton d’Elmore Leonard, qui a un petit côté 52 Pick-up inversé je trouve (là, c’est le gentil qui harcèle le bad guy pour récupérer de l’argent). Tout s‘enchaîne de façon assez implacable. Leonard fait preuve d’une appréciable roublardise dans sa manière de laisser venir pas mal de clichés westerniens pour les contourner adroitement au dernier moment. Et le final est effectivement assez surprenant.

Sans doute pas un western majeur, mais une réussite du genre, supérieure notamment à Joe Kidd, autre adaptation d’Elmore Leonard de la même époque dans la catégorie western.

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 21111
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: Valdez (Valdez is coming) - Edwin Sherin (1970)

Message par Manolito » ven. juil. 23, 2021 6:58 pm

Avec ses grands yeux bleu ciel et sa puissante crinière rousse, Burt Lancaster nous a déjà fait le coup du déguisement farfelu dans "Bronco Apache"... Rebelotte quelques années plus tard avec "Valdez" où il se grime en humble peone méxicain. Et bon, à nouveau, il faut un certain temps d'adaptation au spectateur pour accepter ce travestissement à la base coquasse ! Mais Bon...

Edwin Sherin signe ici un premier métrage au style qui, effectivement, dans un premier temps, fait un peu peur par son côté série télé/téléfilm. Mais néanmoins, au fur et à mesure que le métrage progresse, le spectacle prend de l'ampleur en particulier dans l'emploi de ses paysages (espagnols). L'argument évoque "Rambo" ou "Les collines de la terreur" : un notable et ses hommes de main brutalisent et martyrisent un pauvre homme, sans se rendre compte qu'il s'agit en fait d'un vétéran des guerres indiennes, véritable machine à tuer entraînée par l'armée US qui va leur faire passer un très sale quart d'heure en retour.

Le dénouement du métrage joue l'ambiguité, ce qui lui réussit par certains côtés (la relation entre Valdez et ses divers otages et proies) et le déssert par d'autres (cette fin suspendue frustrante). Certes, le vieux lion d'Hollywood nous a offert des westerns autrement plus convaincants (dont "Fureur Apache" deux ans plus tard), mais ici, nous avons un western sympathique bien qu'inégal, divertissant et pas trop long, plutôt sympa et intéressant à l'arrivée.

Vu sur Mycanal.

Répondre