Django - Sergio Corbucci (1966)

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Avatar de l’utilisateur
arioch
Site Admin
Messages : 12270
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:17 am

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par arioch » ven. nov. 05, 2010 4:20 pm

En même temps, Kurosawa était un admirateur du travail de John Ford (Leone avouait lui aussi être un grand fan du Western américain, au passage).
Cela dit, DJANGO me fait pas spécialement penser à POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS. LE RETOUR DE RINGO est une copie bien plus flagrante. Mais bon... J'aime beaucoup la chanson du film (Django) donc j'ai sûrement mauvais goût de toutes façons ! :D
"Fuck The World", Rambo

Algor
Messages : 924
Inscription : lun. févr. 11, 2008 11:02 pm

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par Algor » ven. nov. 05, 2010 4:31 pm

Bah là, j'ai mauvais goût aussi! Hooo Djangoooo! :D
Il y a la scène où la musique ajoutent beaucoup à l'arrivée des "cagoulés"! 8)

Avatar de l’utilisateur
Grosse Vulve
Messages : 184
Inscription : mar. sept. 29, 2009 2:05 pm

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par Grosse Vulve » ven. nov. 05, 2010 5:38 pm

arioch a écrit :En même temps, Kurosawa était un admirateur du travail de John Ford (Leone avouait lui aussi être un grand fan du Western américain, au passage).
Cela dit, DJANGO me fait pas spécialement penser à POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS. LE RETOUR DE RINGO est une copie bien plus flagrante. Mais bon... J'aime beaucoup la chanson du film (Django) donc j'ai sûrement mauvais goût de toutes façons ! :D

La main détruite d'Eastwood qui l'oblige à tirer de l'autre, la femme retenue plus ou moins prisonnière délivrée, le barman,....
Pour la chanson, alors oui tu as mauvais gout :D
Ne m'enc... pas, Tony. Conseil d'ami, ne m'enc...pas.

Avatar de l’utilisateur
arioch
Site Admin
Messages : 12270
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:17 am

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par arioch » ven. nov. 05, 2010 8:25 pm

Dans ce cas là, on peut aussi dire que LA VENGEANCE AUX DEUX VISAGE de Marlon Brando est très inspiré par POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS sauf qu'il a été réalisé avant (le héros se fait exploser la main, il réapprend à tirer avec l'autre, etc...). Je sais pas, quand je vois DJANGO, j'avoue que, comme je l'avais dit, je ne pense pas vraiment au film de Leone mais, oui, il s'en inspire sûrement parce qu'en réalité une grande partie des films du genre ont été produit suite au succès d'UNE POIGNEE DE DOLLARS. Mais je trouve que le Corbucci a une patte, j'aime beaucoup Franco Nero, etc... Question de goût !
"Fuck The World", Rambo

Avatar de l’utilisateur
Heinrich
Messages : 1862
Inscription : jeu. sept. 30, 2010 4:56 pm

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par Heinrich » ven. nov. 05, 2010 8:39 pm

Elle tue la bo de django! 8)) 8))

Avatar de l’utilisateur
Diabolik
Messages : 96
Inscription : jeu. mai 13, 2004 3:44 am
Contact :

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par Diabolik » dim. nov. 28, 2010 1:36 pm

Ben oui c'est purement du cinéma "bis"... C'est cheap, l'idée de départ c'est du reclyclage mais en même temps ça peut être très imaginatif sur certains cotés.
Comme "L'enfer des zombies" par rapport à Night of the Living Dead/Dawn of the Dead...
La beauté de Django c'est d'appuyer le coté noir, cynique, macabre et la violence jusqu'à l'absurde. C'est vraiment jouissif. Un des westerns les plus gore et meurtrier jusqu'ici. Django anticipe La Horde Sauvage que je trouve très similaire dans certains thèmes et certaines explosions de violence.
Et la chanson de générique est peut-être particulière (je l'adore quand même) mais le reste de la bande sonore de Bacalov est absolument magnifique, une des meilleures bo de spaghetti western. (à part aussi peut-être les thèmes mexicains un peu répétitifs, mais je saute aussi parfois certains morceaux sur les bo's de Morricone)
Biensûr Le Grand Silence est meilleur (je le préfère presque aux films de Leone celui-là) mais Django est quand même l'archétype du spaghetti western, difficile de faire mieux.

savoy1
Messages : 785
Inscription : mar. mai 31, 2005 4:57 pm
Localisation : pas à Paris, mais pas loin

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par savoy1 » dim. févr. 03, 2013 9:09 pm

Un pur plaisir de bissophile : l'affiche originale de Django trônant fièrement à l'entrée du multiplexe de La Défense. Tout juste défigurée par le nom de Quentin Tarantino.
Le temps d'annoncer deux séances spéciales en cette 1ère semaine de février.
Vous avez dit "incroyable ?" ?

Image

savoy1
Messages : 785
Inscription : mar. mai 31, 2005 4:57 pm
Localisation : pas à Paris, mais pas loin

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par savoy1 » mar. févr. 26, 2013 11:30 pm

J'ai donc revu Django sur grand écran ! Inutile de revenir sur le plaisir à redécouvrir le film, et des scènes oubliées au tréfonds de la mémoire (l'incroyable évasion de l'hôtel lors de laquelle le héros transbahute son cerceuil à travers escaliers et fenêtres, la fuite sur le pont surplombant des sables mouvants). Etonnement également à remettre dans l'ordre les séquences qui s'enchevêtraient dans les souvenirs. Que de temps passé depuis cette cassette Hollywood Vidéo !
Et on ne regardera plus jamais des bandits encagoulés de la même façon !

A part ça, étonné de voir que le film est distribué par Carlotta, et non Wild Side.

Et déconvenue certaine d'assister à une projection recadrée en 1.85, entraînant un rabotage en haut et en bas de l'image. La "copie" cinéma était-elle dans cet état, ou était-ce un coup du projectionniste ? Je n'ai trouvé personne à qui poser la question à la sortie.
Toujours est-il que le recadrage était évident dès les cartons du générique. Luis Bacalov y voit le nom de ses éditions musicales tronquées. Les premières images, en plan large, ne sont remplies quasiment que de ciel, il faut attendre quelques secondes avant de voir surgir au bas de l'écran une timide tête chapeautée. La silhouette complète de Django, et surtout le cerceuil, n'apparaîtront au sommet de la colline qu'au cours du zoom avant qui suit. Et à part les réguliers plans généraux tronquant les chapeaux, on retient surtout une scène surréaliste : lorsque le mexicain vide son gros sac de poudre d'or, il faut de nouveau attendre un bon moment avant qu'un tristounet sommet jaune pointe le bout de son nez au bas de l'image. On sourit devant l'air extatique du bandit, car pour nous, y'a vraiment pas de quoi !

Sinon, l'image numérique était pas mal, vu d'assez loin de l'écran. Juste quelques fourmillements au niveau des cieux gris, grandes surfaces unies. En tout cas, à noter une définition incroyable des visages en gros plans, on peut y compter le moindre poil de barbe mal rasée !

Au final, une séance dans une super ambiance. Le public, nombreux, ayant joué le jeu du second degré et des rebondissements, jusque dans quelques "putain !" lancés à destination de l'écran. Sympathiques de sentir les réactions sur le vif. A la sortie, sourires et échanges positifs étaient palpables.
Comme en plus, un bon tiers du public était féminin, on se prenait à rêver s'il en avait été de même autrefois ...

Omega
Messages : 777
Inscription : sam. déc. 22, 2012 2:09 pm

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par Omega » sam. juin 21, 2014 12:02 pm

Personne n'a remarqué, lors de la scène médiane de la baston, que l'on voit une caméra au comptoir du bar ? C'est rapide, mais il me semble que l'on peut très bien la distinguer ..

En tout cas, vu il y a quelque jours sur l'édition simple de chez Wild Side - une petite claque, tant sur le plan du scénario (d'une simplicité vivace) que de la réalisation, qui, pour moi, est parfaite de bout en bout ! J'ai quelques difficultés avec le Western Spagh en général, je ne sais pas pourquoi, même si j'adule la trilogie du Dollar, mais là, clair que je vais me renouveler avec le genre !

Concernant la B.O de Bacalov, elle est sublime, de par son thème principal, et du reste !

La scène du pont, avec l'arrivée des Mexicains, à la fois sauveurs et faucheurs, m'a fait verser une larme, tant l'utilisation de la B.O était ... wow ..

Le prochain sur ma liste : Il Grande Silenzio !

Avatar de l’utilisateur
Heinrich
Messages : 1862
Inscription : jeu. sept. 30, 2010 4:56 pm

Re: Django - Sergio Corbucci (1966)

Message par Heinrich » mer. mars 11, 2020 7:47 pm

@ quand la galette française avec le master Arrow ? :oops:

Répondre