L'homme des hautes plaines. Clint Eastwood (1973)

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

comte vonkrolock
Messages : 10039
Inscription : mer. févr. 28, 2007 6:32 pm
Localisation : Dans les Carpathes Lyonnaises

Re: L'homme des hautes plaines. Clint Eastwood (1973)

Message par comte vonkrolock » sam. oct. 19, 2013 10:55 am

Très bon texte sur DvdClassik qui complète et confirme bien la vision d'Arioch de ce Western crépusculaire:
http://www.dvdclassik.com/critique/l-ho ... s-eastwood
Toi t'est un flic..? Non j'uis un con. :D
Snake Plisken Escape from NY

Avatar de l’utilisateur
MadXav
DeVilDead Team
Messages : 12496
Inscription : lun. mai 03, 2004 8:18 am
Localisation : Sur la plage à latter des Ninjas rouges

Re:

Message par MadXav » mar. janv. 26, 2016 1:04 am

RNO a écrit :Plusieurs indices sont a prendre en compte :
1. l'apparition dans le desert
2. la disparition dans le desert
3. la musique
4. Faire repeindre en rouge la ville
5. la renommer "HELL"
6. Tuer les 3 repris de justices dans un maelstrom de feu, il a mis le feu a la ville. la violence, le sang, les cris, l'obscurite et les flammes; tout ca ajoute aux murs rouges rend parfaitement "infernal" l'execution de ces 3 meurtriers.
7. la replique de Sarah Belding: "They say the dead don't rest without a marker of some kind."
8. Il ne prend la peine de sauver personne.
J'ajoute que :
- quand il arrive en ville, un cocher fait claquer son fouet et Clint sursaute, comme s'il avait peur d'être fouetté. Pourquoi aurait-il ce réflexe si ce n'était pas lui qui a été fouetté ?
- Lorsqu'il rêve, Eastwood revoit exactement la scène, les protagonistes, les témoins.
- Lorsqu'il se réveille, Eastwood cligne des yeux, non pas comme s'il se réveillait, mais comme s'il reprenait conscience.
- A plusieurs reprises, Eastwood est qualifié "D'Ange gardien" avec ironie.
- "On dit que les morts n'ont pas de repos tant qu'ils n'ont pas une plaque marquée à leur nom". Et Clint de disparaitre au final, alors que son nom vient de finir d'être gravé sur sa tombe...
- Le Shérif lynché n'est clairement pas Eastwood, plusieurs gros plans sur son visage en attestent. Il n'y a aucune volonté de le cacher, mais plutôt de le montrer. La voix n'est bien évidemment pas non plus la même. En revanche, à la fin de cette séquence, le Shérif déclare "Soyez tous maudits". Et c'est ce qu'ils sont au final puisqu'au regard de ces éléments, le personnage d'Eastwood m'apparait plutôt comme un "possédé", mû par l'âme du défunt Shérif.

Pour ce qui est du Blu-Ray, je viens de le découvrir grâce au coffret Clint Eastwood 8 films. J'avais le souvenir traumatisant des deux précédentes éditions DVD. Là, c'est un peu le jour et la nuit. Les couleurs sont belles, les contrastes puissants. Il reste un grain assez cinéma, et certaines séquences ont une définition moindre, un peu de flou. Mais globalement, c'est de haute tenue et c'est limite incroyable quand on a connu les précédents disques ! Du coup, je suis impatient de revoir SIERRA TORRIDE qui avait à l'époque une image carrément dégueulasse !
Dessin et sketching liés au cinéma, au voyage, etc. :
Image

comte vonkrolock
Messages : 10039
Inscription : mer. févr. 28, 2007 6:32 pm
Localisation : Dans les Carpathes Lyonnaises

Re: Re:

Message par comte vonkrolock » mar. janv. 26, 2016 3:33 pm

MadXav a écrit :Pour ce qui est du Blu-Ray, je viens de le découvrir grâce au coffret Clint Eastwood 8 films. J'avais le souvenir traumatisant des deux précédentes éditions DVD. Là, c'est un peu le jour et la nuit. Les couleurs sont belles, les contrastes puissants. Il reste un grain assez cinéma, et certaines séquences ont une définition moindre, un peu de flou. Mais globalement, c'est de haute tenue et c'est limite incroyable quand on a connu les précédents disques ! Du coup, je suis impatient de revoir SIERRA TORRIDE qui avait à l'époque une image carrément dégueulasse !
Tous les films de se coffret son digne d’intérêts d'un point de vu technique, s'est souvent bluffante même si l'image peut paraitre avoir encore quelques léger points ou salissures. Pour moi s'est très proche du coffret Hitch sorti par Universal.

Two Mules for Sister Sara est juste parfait, tu va clairement oublier le DVD tellement la différence est probante. TB film MadXav :wink:
Toi t'est un flic..? Non j'uis un con. :D
Snake Plisken Escape from NY

dario carpenter
Messages : 5558
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:10 pm
Localisation : Haute Normandie et parfois Ile de France!
Contact :

Re: Re:

Message par dario carpenter » ven. juin 23, 2017 7:04 pm

MadXav a écrit :Les couleurs sont belles, les contrastes puissants. Il reste un grain assez cinéma, Mais globalement, c'est de haute tenue et c'est limite incroyable
Je confirme la haute tenue visuelle du BR, vraiment un plaisir de redécouvrir ce film dans de telles conditions!! ça rend vraiment hommage à la photo de Bruce Surtees.
Pour le reste un western solide, j'en avais un bon souvenir confirmé aujourd"hui...ah cette fin ambigue qui fait encore parler 45 ans après la réalisation du film. :-D

Avatar de l’utilisateur
Machet
Messages : 2966
Inscription : ven. févr. 24, 2006 6:34 am
Localisation : Annecy

Re: L'homme des hautes plaines. Clint Eastwood (1973)

Message par Machet » dim. août 04, 2019 6:05 pm

Pour moi c'est le même personnage qui se fait fouetter. Cette histoire de frère me semble totalement sorti du chapeau de la traduction française. Arioch a aligné les arguments, dont le principal : comment pourrait-il se souvenir d'une chose qu'il n'a pas vécu ?

Revu sur le DVD, à la qualité pas si mal. Mais d'après vos commentaires, je vais devoir repasser à la caisse pour le bluray.

Excellent western, à la vengeance double : contre la lâcheté collective des villageois, et contre ses agresseurs bien sûr. Le nain qui était raillé et dont l'enfance à dû être difficile est le seul personnage qui trouve grâce aux yeux du personnage incarné par Eastwood. Ils se retrouve dans la souffrance (le nain l'a vu se faire fouetter, et finira par s'en souvenir, même si il ne recolle pas tous les morceaux ensemble). The Stranger (Eastwood) lui offre alors une douce "vengeance" en le nommant maire et shérif.
Il y a un p'tit détail qui me chiffonne

Répondre