Comancheros - 1961 - Michael Curtiz

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Comancheros - 1961 - Michael Curtiz

Message par Manolito » lun. mars 19, 2018 2:06 pm

Titre US : The Comancheros

Image

Jake Cutter, un Texas Ranger, mène de front deux missions : escorter un fugitif, qui a tué un homme dans un duel d'honneur, pour être pendu ; et remonter une filière de trafiquants d'armes qui approvisionnent les apaches en fusils et en alcool...

"Comancheros", c'est vraiment le western américain "Dernière Séance" de base. Le budget est très important, John Wayne domine, voire vampirise cette histoire en imposant son personnage qu'il ramène de films en films (il est pour ainsi dire vêtu comme dans "La prisonnière du désert"). "Comancheros" est réalisé par le grand Michael Curtiz (dont c'est le dernier film), mais le réalisateur de 75 ans, alors très malade et affaibli a notoirement été aidé par Wayne pour la mise en scène.

Nous suivons donc cette aventure ponctuée de bagarres, de coups de feux, de personnages hauts en couleurs (Lee Marvin en trafiquant à moitié scalpé, qui est ici génial !), ponctué par les cuivres éclatants d'une musique signé Elmer Bernstein.

"Comancheros" a souvent été comparé avec "Rio Conchos" sorti quelques années après par le même studio (Fox), avec un acteur (Stuart Whitman) et un scénariste communs (Clair Huffaker). Mais si la trame paraît commune, en fait, seule la dernière partie dans le camps des trafiquants est similaire. "Rio Conchos" est un film de groupe alors que "Comancheros" est centré sur un aventurier (Wayne).

Et "Rio Conchos" alimente une réflexion sur la violence, le racisme et la guerre dont "Comancheros" ne s'encombre pas. Les indiens d'Amérique sont ici décrits comme des brutes ou comme des alcooliques rigolos, point barre. Ce qui en fait un film certes spectaculaire et divertissant, bien exécuté, avec quelques scènes et cascades à couper le souffle, mais aussi limité par son simplisme satisfait et déplaisant.

Vu sur ciné+ replay.

Répondre