L'aventurier du Rio Grande - Robert Parrish - 1959

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
DPG
Messages : 4885
Inscription : ven. avr. 30, 2004 1:03 pm
Localisation : Higher, toujours ailleurs

L'aventurier du Rio Grande - Robert Parrish - 1959

Message par DPG » lun. oct. 28, 2019 11:00 am

Martin Brady s'exile au Mexique pour être à l'abri de la juridiction américaine car il tué le meurtrier de son père. Là-bas, il devient un homme de main du gouverneur Castro et pendant une mission, il se blesse. Il est alors recueilli par l'armée américaine le temps de sa convalescence et Colton, chef de la base militaire, veut l'engager afin qu'il lui fournisse des informations sur Castro... Il fait aussi la rencontre de la femme du commandant, Helen.

Un des films préférés de Mitchum, il est d'ailleurs co-producteur du film et c'est vraiment une belle réussite.
Très beau portrait d'un homme, Brady, toujours pris entre deux feux, à cheval entre deux mondes, mais qui sera jamais chez lui nulle part. Le film joue habilement de cette dualité perpétuelle avec le symbole du Rio Grande, cours d'eau à la frontière americano-mexicaine, régulièrement franchi, dans un sens, puis dans l'autre, au gré des évènements. Brady incarne cette ambivalence à tous points de vue. Tantôt mercenaire, tantôt prêt à se ranger au côté des forces américaines, tantôt solitaire endurci, tantôt prêt à se lier d'amitié ou d'amour avec une rencontre, il hésite et vogue d'une rive à l'autre de la vie tout au long du film sans jamais pouvoir choisir. Vu comme un américain chez les mexicains, et comme un traitre / fuyard chez les américains, il est condamné à errer sans pouvoir se fixer, sans plus avoir de "chez lui"... Le film prend son temps, le rythme est assez lent et on ne vient pas pour les scènes d'action (efficaces mais rares), mais la psychologie de son personnage est magnifiquement traitée. Les seconds rôles ne sont pas en reste et dessinent par petites touches ce monde qu'il désespère d'intégrer un jour, avec ces codes dans lesquels il ne pourra jamais se fondre, ni chez les uns ni les autres. Superbe interprétation du grand Bob, belle mise en scène, score efficace d'Alex North, un beau western atypique, touchant, prenant. A découvrir ! :)

Image

Vu sur le BR Sidonis. Copie correcte, mais inégale. Certains passages sont très beaux, d'autres accusent leur âge et ne sont pas de première fraicheur... Mais une image très "ciné" malgré tout.
Côté bonus: Une présentation de Brion, sympa. Une autre de Tavernier, assez riche, mais un peu brouillonne et pas toujours captivante. Et un "docu" nullissime de JC Missiaen sur Mitchum, en fait un bout à bout de photos de 6mn chrono où une voix off mollassonne se contente de citer ses réals et partenaires de jeu. Hallucinant, j'ai rarement vu un bonus faire aussi amateur ! Aucun interet, aucune plus value, cheap à mort, c'est fou qu'un vrai réal ait signé ça !
"J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de mon égo. J'ai pas encore atteri... "

Répondre