Chino (1973) John Sturges & Duilio Coletti

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
MadXav
DeVilDead Team
Messages : 12497
Inscription : lun. mai 03, 2004 8:18 am
Localisation : Sur la plage à latter des Ninjas rouges

Chino (1973) John Sturges & Duilio Coletti

Message par MadXav » mer. nov. 13, 2019 10:41 am

Avec CHINO, le réalisateur des SEPT MERCENAIRES et LA GRANDE EVASION retrouve Charles Bronson et lui donne le rôle principal, dans un film étrange, assez lent et contemplatif...

Chino est un métis indien bourru et assez désagréable, mais c'est également un excellent dresseur de chevaux. Alors que les barbelés commencent à fleurir dans la prairie, lacérant les bêtes et contraignant leur liberté, Chino fait la connaissance de Catherine (Jill Ireland). Malheureusement, la belle jeune femme est également la soeur de Maral (Marcel Bozzuffi), le riche propriétaire qui n'a de cesse d'agrandir son territoire...

Vendu comme un Western vengeur, CHINO est avant tout un Western contemplatif, brossant le portrait d'un "sang-mélé", sa vie, son quotidien, son amour pour les verts paturages. On a un hymne à la liberté, avec une vision clairement favorable aux indiens. En effet, c'est par le propriétaire blanc qu'arrivera la tempête... tardive ! Le conflit se concrétise 15 minutes avant la fin du métrage, et la vengeance occupera 5 minutes ! Bref, on est pas dans LES COLLINES DE LA TERREUR mais dans un film qui reste très agréable pour sa peinture d'une époque. Les paysages sont en outre superbes, et la photographie incroyable, et ce malgré le ratio 1.33. Le Blu-ray édité par Sidonis rend du reste justice à cette photographie avec une copie très très propre, des couleurs naturelles, un encodage invisible et une copie à la précision redoutable.

A noter que j'ai nommé Duilio Coletti en tant que réalisateur dans le titre du thread. Tout simplement parce que s'il n'est pas le réal officiel, il est celui qui a mis en boite une bonne partie du film, prenant la suite de Sturges lorsque celui-ci tomba malade.
Truc amusant également, Bronson est ici confronté à celui qui fut l'un de ses doubleurs VF : Marcel Bozzuffi. Donc si on passe en VF et qu'on ferme le yeux, on a l'une des premières voix de Bronson, qui s'engueule avec sa voix la plus connue ! :D
Dessin et sketching liés au cinéma, au voyage, etc. :
Image

Répondre