Bronco Apache - 1954 - Robert Aldrich

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
cinetudes
Messages : 224
Inscription : ven. avr. 30, 2004 8:37 am
Contact :

Bronco Apache - 1954 - Robert Aldrich

Message par cinetudes » jeu. sept. 09, 2004 5:32 pm

Salut,


Bronco Apache est un vrai western réaliste en ce sens qu'il reflete sans doute la vérité quand aux relations indiens/blancs (déportation), sur les indiens (certains s'intégrent d'autres non) et les blancs (certains sont anti-indiens d'autre pro).

Seulement ce qui change chez Aldrich c'est l'absence de manicheisme qui fait du bien. Massai peut être le pire des cons et battre sa femme (dont la place dans la société indienne n'est pas vraiment enviable soit dit en passant), un vrai paranoiaque à la limité du fou furieux mais également chantre du progrés inéluctable (sédentarisation des Apaches), un mari tendre et aimant.

En bref, un western prenant et intelligent ou Lancaster est absolument remarquable, totalement crédible et une fois de plus réalisé lui même des cascades plus époustouflantes les unes que les autres bondissant de rocher en rocher tel un vrai animal sauvage.

Vous trouverez un texte sur ce film qui dissèque le rapport particulier d'Aldrich avec la notion du genre ainsi qu'un dossier complet sur le gros Bob ici :

http://www.cinetudes.com/index.php?acti ... rique=5883


On vous attends sur le forum pour disc uter du film et de la carrière d'Aldrich en général !!

Stefan
Image

Avatar de l’utilisateur
MrKlaus
Messages : 579
Inscription : sam. mai 01, 2004 6:56 pm
Contact :

Message par MrKlaus » jeu. sept. 09, 2004 5:52 pm

Perso moi aussi j'ai trouvé ce western formidable traitant d'un sujet interressant (l'integration des indiens) à voir absolument...

Mais c'est vrai que le producteur à tournén une version du film dans laquelle Lancaster ne mourrait pas à la fin?

Avatar de l’utilisateur
cinetudes
Messages : 224
Inscription : ven. avr. 30, 2004 8:37 am
Contact :

Message par cinetudes » jeu. sept. 09, 2004 6:01 pm

Oui le producteur à imposé à Aldrich un épilogue heureux (afin d'atténuer la noirceur du film) alors qu'il souhaitait ardamment voir Massai mourir à la fin.

Cependant je dois dire que si on n'est pas au courant, le happy end passe trés trés bien puisqu'il fait partir le film dans une autre direction sans en attenuer la portée.

Stefan
Image

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Message par Manolito » jeu. avr. 21, 2005 8:27 pm

Encore un très bon Aldrich, lequel relève ici un visage étonnament humaniste (un peu aidé en cela par la fin imposée par la production). Masai, qui se débat entre une flamboyante tendance à l'auto-destruction et son instinct de survie, s'impose comme un des "indiens" les plus attachants du cinéma. Effectivement, le mot qui vient le plus vite à l'esprit devant ce film est "intelligent". Frappante d'intelligence, notamment, la rencontre entre Masai et le Cherokee... Très bon.

Vu sur TPS Cinétoile en 1.33 d'origine en VM, sur une copie française aux couleurs un peu passées (on est quand même supposé avoir affaire à du vrai Technicolor).

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: Bronco Apache - 1954 - Robert Aldrich

Message par Manolito » dim. sept. 29, 2019 10:25 am

Revu sur le Bluray français Sidonis (le seul disponible au monde je crois), pour une copie 1.77 HD médiocre : la copie pellicule n'est pas en bon état (poinçons, rayures...), la résolution est très moyenne, le rendu pâteux... Bref, un master hors d'âge n'ayant donné lieu à aucun travail de restauration approfondi ; à part quelques gros plans par ci par là, on est loin d'un beau rendu HD... Avec VOSTF et VF.

Image

Et film revu à la baisse pour ma part.

Pour son troisième long métrage, Aldrich continue à gravir patiemment les échelons du métier : après "Big Leaguer" (quasiment un petit complément de programme MGM) et "Alerte à Singapour" (production du studio fauché Allied Artists), il accède à une oeuvre plus ambitieuse du studio United Artists. Studio à part, sa méthode consiste notamment à permettre à des réalisateurs et acteurs d'accéder aux postes de producteurs de leurs propres films, pour mettre les artistes au coeur du procédé créatif. Ici, c'est Burt Lancaster qui est producteur (non créditée), pour sa première collaboration avec United Artists ; collaboration qui donne lieu à des titres marquants comme "Marty" ou "Le grand chantage".
Spoiler : :
Toutefois, si United Artists met les artistes en avant, c'est un studio qui n'en est pas moins capable d'être intrusif, comme le montre ce métrage pour lequel il impose à Aldrich une fin heureuse alors que Massai était censé mourir à la fin du film !
Le personnage principal du métrage est Massai, l'apache indomptable, le Bronco Apache, un guerrier refusant de rendre les armes aux Blancs. Alors que son peuple est déporté en Floride, il s'enfuit, sème la mort et la terreur partout où il passe. Machine à tuer indienne, il va quand même rencontrer des opportunité de paix durant son périple...

Massai est un vrai personnage de l'histoire des Etats Unis. Mais le choix de Burt Lancaster et Jean Peters en couple vedette d'Indiens aux yeux bleus et verts manque d'authenticité et a souvent été tourné en ridicule par la critique américaine. C'est pourtant un western aux idées de progrès qui, si ildécrit son personnage principal comme violent, ambigu, il dépeint aussi sans concession le sort des amérindiens déportés, esclavagés, humiliés, alcoolisés par les Blancs. La révolte violente de Massai en devient justifiée.

Premier western signé Aldrich, qui va signer quelques chefs d'oeuvre du genre par la suite, "Bronco Apache" montre déjà son habileté pour l'action, son regard noir. Et aussi un sens de la violence graphique et impitoyable en avance sur son temps, annonçant déjà, avec beaucoup d'avance, les Peckinpah et autres Leone. Ainsi la première partie de "Bronco Apache" a un indéniable côté Rambo, avec son vétéran sauvage, fugitif et guerrier impitoyable, semant la mort en temps de paix !

Cependant, "Bronco Apache" réussit moins sa seconde partie, plus mélodramatique, avec un Lancaster moins convaincant, et un métrage qui devient alors plus ennuyeux. Un film intéressant, qui va à rebours du manichéisme, mais qui n'est qu'à moitié convaincant.

Répondre