Masters of Horror (2006)

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
arioch
Site Admin
Messages : 12271
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:17 am

Message par arioch » lun. févr. 19, 2007 11:22 am

Probable mais quand on te refiles des DVD avec un episode par disque et a un prix aussi eleves, je pense que l'acheteur est en droit d'attendre au moins l'equivalent de ce qui existe ailleurs ! Non ?
Et puis meme si l'achteur lambda ne s'y interesses pas, pourquoi les chroniques sur le net ne parle pas de ces absences ?
"Fuck The World", Rambo

Avatar de l’utilisateur
mercredi
DeVilDead Team
Messages : 1107
Inscription : mer. déc. 06, 2006 2:55 pm

Message par mercredi » lun. févr. 19, 2007 11:28 am

arioch a écrit :Probable mais quand on te refiles des DVD avec un episode par disque et a un prix aussi eleves, je pense que l'acheteur est en droit d'attendre au moins l'equivalent de ce qui existe ailleurs ! Non ?
Et puis meme si l'achteur lambda ne s'y interesses pas, pourquoi les chroniques sur le net ne parle pas de ces absences ?
Grande question...
Soyons optimistes, peut-être que la qualité des métrages a primé sur les adjuvants (commerciaux?) des oeuvres.

Avatar de l’utilisateur
ZeitGeist
Messages : 891
Inscription : ven. avr. 30, 2004 10:10 am

Message par ZeitGeist » lun. févr. 19, 2007 11:54 am

Pendant que j'y pense j'ai vu d'autres épisodes de la saison 1 :

- Vote ou crève : déception pour moi. Trop convenu. 9/20
- Liaison bestiale : bonne surprise, mais le final fait trop grand guignol. Bonne interprétation des comédiennes, bonne ambiance. 14/20

Avatar de l’utilisateur
Defest
Messages : 1507
Inscription : mer. mai 12, 2004 9:44 pm
Localisation : Nilbog

Message par Defest » lun. févr. 19, 2007 12:49 pm

pour ma part j'ai vu les dernier épisodes de la saison 1 (le 2eme coffret anglais) et mis à part le Garris hors sujet et le Hooper tres desagreable (et ca vient de qqun qui apprecie tous les Hooper...) l'ensemble est quand meme de haut niveau surtout pour un produit TV

mention speciale à Imprint et à Jenifer: 2 grosses claques :shock:
Jenifer est ultra glauque et derangeant, une reussite totale
et Imprint... aille aille aille! Miike n'y vas pas avec le dos de la cuillère: super gore et malsain, énorme. Miike a des c******* de balancer ça.

concernant Jenifer je ne sais pas si c'est repris sur les bonus francais mais dans l'interview de Argento on voit les 2 scenes censurées (et quelles scenes! Argento fait dans le Andreas Bethmann :lol: )

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20569
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Message par Superwonderscope » lun. févr. 19, 2007 1:16 pm

Dans le disque anglais, Nicotero parle dans son itw d'un vagin extra-terrestre répugnant fabriqué à partir d'escalopes de dindes et autres morceaux de viande, si mes souvenirs sont exacts, que les productuers ont totalement refusé!
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

dario carpenter
Messages : 5561
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:10 pm
Localisation : Haute Normandie et parfois Ile de France!
Contact :

Message par dario carpenter » lun. févr. 19, 2007 2:00 pm

Superwonderscope a écrit :Celui qui se détache est le Pick Me Up de Larry Cohen. Brillant exercice de mise en scène aussi, d'écriture, de dialogues savoureux et de trois jeux d'acteurs différents qui s'affrontent.
j'aime bien la petite référence au remake de "massacre à la tronçonneuse"... :D

Heavy Mental
Messages : 96
Inscription : dim. mai 16, 2004 12:07 am

Message par Heavy Mental » lun. févr. 19, 2007 3:47 pm

Superwonderscope a écrit :J'adore l'atmosphère fin du monde du Hooper (je dois être l'un des rares, visiblement!).Quelqu'un mentionnait la maitrise de sa mise en scène, je suis tout à fait d'accord.
Enfin vu hier soir, grâce au mêmes coffrets UK. Je dis enfin parce qu'en fait, je l'ai "vu" à Gérardmer l'an dernier, mais les conditions de projection... J'ai moi aussi beaucoup aimé ce segment. Le choix de mise en scène et des effets visuels tellement décriés, et le recours à la musique énervée, composent parfaitement l'ambiance fin du monde recherchée. J'ai du mal à comprendre le dédain général envers Hooper, enfin bon...

J'en rajoute une couche: à tous points de vue (prix, qualité, contenu) ces coffrets anglais sont un vrai bonheur.

De manière générale, après avoir vu 9 des 13 épisodes, je trouve aussi que l'ensemble est de qualité, et même si chacun a ses préférences çà reste quand même globalement de haut niveau pour de la production télé limitée en temps et en budget. Le jour où qui que ce soit en France nous fait "Dance Of The Dead" ou "Deer Woman" dans les mêmes conditions, tout le monde criera au génie...

Comme souvent, dans quelques mois tout le monde les aura vus et sera passé à autre chose. A ce moment là, je suis sûr que certains épisodes très critiqués aujourd'hui seront ré-évalués...

Avatar de l’utilisateur
Defest
Messages : 1507
Inscription : mer. mai 12, 2004 9:44 pm
Localisation : Nilbog

Message par Defest » lun. févr. 19, 2007 4:02 pm

pour dance of the dead il y a des bons passages (la poubelle à zombies!) mais tous les personnages sont antipatiques et les effets clipesque vraiment too-much. les decors apocaliptiques son peu convaincant (la boite de nuit fait super cheap, on se croierait dans Hidden 2!) et puis la touche de romance pourrie viens definitivement plomber l'épisode.
ce segment ma fait penser a l'ignoble Death Tunnel. :shock:
ca m'a fait un peu mal au coeur ayant soutenu Hooper sur Toolboxmurder ou Mortuary.
le pire c'est que Hooper a l'air tres content de son segment. :?

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20569
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Message par Superwonderscope » mer. mars 07, 2007 8:40 am

Je viens de voir Fair-Haired Child et... waow :shock: . William Malone a vraiment mis le paquet! L'espèce de créature est vraiment inquiétante et provoque des frissons bienvenus. La mise en place des éléments de l'histoire génère suffisamment de mystères jusqu'à l'arrivée dans le sous-sol. J'ai tourvé les scènes de suspense et d'épouvante bien vues, avec une atmosphère parfois tendue.
Peu d'éléments graphiques, mais un univers plutot cohérent :

SPOILERSle passage sous la tonnelle faite d'os - qu'il s'agissse de la tonnelle en elle meme ou de sa signification!
END SPOILERS

Lori Petty est complètement branque et en même temps joue la carte de l'ambiguité à mi chemin entre folie et amour maternel. L'argument qui provoque l'histoire est un peu fallacieux mais qu'importe, la mise en images est efficace.
Pas encore vu les bonus, sauf l'interview survoltée de Lori Petty - on la dirait sortie de Tank Girl! - qui était décidemment l'actrice qui correspondait pile poil au personnage de Judith.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

Avatar de l’utilisateur
Defest
Messages : 1507
Inscription : mer. mai 12, 2004 9:44 pm
Localisation : Nilbog

Message par Defest » mer. mars 07, 2007 11:52 am

c'est effectivement un des meilleurs épisodes! surtout que Malone etait attendu au tournant vu sa filmo modeste par rapport aux autres "masters"

c'est aussi le seul épisode de la 1ere saison à etre vraiment flippant!

tres tres bonne surprise

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20569
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Message par Superwonderscope » lun. mars 19, 2007 1:40 pm

Incident In and Off a Mountain Road de Don Coscarelli - survival teinté de slasher fantastique plutot sympa. Le scénario se permet plusieurs niveaux de lecture et sa construction en flash back alternant la poursuite entre Moonface et sa victime est pas mal vue.
Un point de vue résolument aux antipodes des années 80 (surtout dans la résolution!), au diapason de l'ensemlbe de la série, d'ailleurs.

Les décors sont de premier choix, notamment l'extérieur de la maison de Moonface. AngusScrimm donne une fois de plus une interprétation frappadingue. Ce qui me palit bien, c'est cette volonté de laisser le voile couvert de l'origine du monstre et de la présence du persoannge d'Angus Scrimm.

Et de l'ambiguité tirée du discours survivaliste du mari, qui sert à sa femme au final pour affronter Moonface. C'estun des points les plus curieux det épisode de fort honorable facture.

vu sur le Z2 UK, il bénéficie de st anglais.

Une chose m'intrigue : le making of montre des SFX absents du métrage (l'un de splus courts d'ailleurs de la série, moins de 50 mn). Le Z2 UK serait-il coupé ou est-ce volontaire au montage final?

Les interviews de chacun ne permettent pas de répondre à la question. L'interview de l'acteur jouant le mari est flippante... de ridicule. Il n'a rien à dire qu' c'en est effrayant :shock: .

le point de Don Coscarelli sur sa carrière est de loin le plus intéressant.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

Avatar de l’utilisateur
arioch
Site Admin
Messages : 12271
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:17 am

Message par arioch » lun. mars 19, 2007 1:57 pm

Je suis surpris que l'episode de William Malone plaise autant. Je l'ai trouvé plat et sans interet en dehors de quelques trucs comme les bizarres visions oniriques. Pour le reste, des que l'on entre dans la cave, c'est carrement l'ennui qui pointe et la bestiole, bof, bof, bof... Sans compter qu'il n'y a pas de suspense, on sait déjà qui est la bestiole, c'est carrement evident ! Mais bon...
"Fuck The World", Rambo

Avatar de l’utilisateur
Lurdo
Messages : 543
Inscription : ven. avr. 30, 2004 5:13 pm
Localisation : Paumé dans un Labyrinthe, dans le doux pays de Xanth....

Message par Lurdo » lun. mars 19, 2007 4:20 pm

Heavy Mental a écrit : Comme souvent, dans quelques mois tout le monde les aura vus et sera passé à autre chose. A ce moment là, je suis sûr que certains épisodes très critiqués aujourd'hui seront ré-évalués...
Ben disons que oui et non.

Ça fait déjà un an et demi qu'ils ont été diffusés, et le fait est que les mauvais épisodes de la s1 restent toujours aussi mauvais. Mais, effectivement, la s2 est passée par là, et il est clair que par comparaison, la s1 s'en trouve un poil réévaluée à la hausse.

Cela dit, pas de surprise, comme par hasard, les deux épisodes les plus mauvais de la s2 sont encore ceux de Garris et de Hooper...

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20569
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Message par Superwonderscope » mar. mars 20, 2007 8:56 am

HAECKEL'S TALE de John McNaughton...

Le génriqie indique que cela a été fait en collaboration avec George A. Romero et donc, d'après une nouvelle de Clive Barker.

C'est jusqu'à présent l'épisode qui me déçoit le plus. L'intrigue est assez compliquée (trop pour 57mn?) et de ce fait assez décousue. Certes le téléfilm brise quelques tabous, il est en costumes, tout ça... mais ça manque de cohérence et de rythme. De traiter un sujet transgressif

SPOILER
Comme la nécrophilie et ne pas prendre un contrepoint moral
END SPOILER

c'est une chose. de le rendre intéressant, c'en estune autre. Il faut quand m^^eme subir les 2/3 du métrage pour arriver aux denrières 20 minutes qui secouent le cocotier. L'écriture est de fait hasardeuse et ces 2 premirs tiers sont assez ennuyeux.

Quelques SFX font vraiment muppet show dans le mauvais sens du terme (le chien hors de son panier :shock: ), les maquillages de zombies sont à peine corrects. ET le jeu des acteurs à la limite de l'auto-parodie, ça m'a dérangé pour rentrer dans l'ambiance. Je préfère largement le traitement Pulp de Soavi dans Dellamorte Dellamore sur un sujet quasi similaire.

L'interview de l'actrice Leela Savasta est curieuse Une approche très pro du sujet, mais on la sent complètement à côté de la plaque, peu intéressée -à l'inverse d'une Lori Petty totalement investie du sujet dans Fair Haired Child ou encore Fairuza Balk dans Pick me Up-.
Jolis seins mais, voilà, ça s'arrete là.

DVD Z2 UK . piste DTS sans st. jolie copie mais le son est très moyen. Aucune dimension particulière.

Interview de John McNaughton qui revient sur sa carrière, spamal. L'épisode qu'i raconte sur The Borrower est assez incroyable...

En tout et pour tout, très décevant.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20569
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Message par Superwonderscope » jeu. mars 22, 2007 8:47 am

Jenifer de Dario Argento.

Je suis un déçu, tout de même. Entre la richesse thématique qu'offre un tel sujet. Un espèce d'ogresse aux apétits charnels & sexuels démesurés, doublé d'une enfant... une victime de ses penchants et de sa nature monstrueuse incontrolable jusqu'aux pulsions sexuelles incontrolables, le pouvoir qu'elle exerce sur les hommes malgré son visgae effrayant. Il y a de quoi tourner de la tête quand aux possibilités.
Sauf que là, le scénario ne tient absolument pas la route. Un monceau d'incohérences qui vient entraver une caméra assez libertaire, ne se privant pas de plans audacieux et choquants.

La sexualité y tient un très grande place. libérée, transgressive, on y mettra tout ce que l'on veut derrière. Jenifer happe tout sur son passage : les couples qui se disloquent, le travail qu'on abandonne, les vies qui disparaissent, les chairs animales, humaines, d'enfants , d'adolescents... pour joindre un aspect cyclique.

Visuellement, on retrouve quelques éclairs . Notamment dans la visite de l'institut, ce travelling avant avec la caméra qui lèche les murs et les petites fenêtres des chambres capitonnées d'où surgissent des visages anonymes et qu'on sent absents. La mise en scène réussit à mettre en balance la nature monstrueuse de la jeune femme et son côté enfant blessé.

Mais cela reste très en déça de ce qu'on peut trouver dans un tel thème. la musique de Simonetti couine plus qu'elle n'accompagne les scènes. Celle où Stven Weber accompagne Jenifer dans sa cabane en bois ressemble à s'y méprendre à la mélodie de Bernard Herrmann pour Psychose (les notes courtes jouées au violon) - est-ce un hommage? Mais c'est bien tout ce que je sauve de la partition. Ces incohérences scénaristiques sont peut etre propres au format de moins d'une heure pour chaque épisode, mais c'est celui où c'est le plus criant

SPOILERS
la femme du flic et son fils partent tout naturellement, comme ça.... il abandonne son job, ah bon.... et pourquoi tombe-t-il tout de suite sous la coupe de Jenifer, au point de laisser sa vie derrière lui... pourquoi l'amener en pleine foret, les mains liées et tenu au bout d'une corde pour la tuer? aucuen raison, si ce n'est d'amener justement le final de l'épisode...
END SPOILERS

ces facilités scénaristiques et ces ellipses hasardeuses ne font que distraire le spectateur du sujet du film, pourtant très intéressant.la caméra n'arrange en rien ces trous. la mise en scène s'avérant assez peu inventive, hélas.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

Répondre