Dark Blue - Ron Shelton (2002)

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

dario carpenter
Messages : 5559
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:10 pm
Localisation : Haute Normandie et parfois Ile de France!
Contact :

Re: Dark Blue

Message par dario carpenter » jeu. juin 03, 2004 12:21 pm

F-des-Bois a écrit :Je l'ai loué suite aux avis positifs lus ici (de personnes que je ne citerais pas mais qui se reconnaitront 8) )
ben j'en profite pour me dénoncer:
je pense tout pareil qu'Humungus,menace2society,Haribo,Nadia et Filou... :wink: :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
rusty james
Messages : 6547
Inscription : ven. avr. 30, 2004 7:41 am

Message par rusty james » jeu. juin 03, 2004 12:25 pm

Je me dénonce comme F : une daube... moi j'ai loué çà comme un con parce que je me suis fait avoir par l'attrape nigaud de la mention "inspiré d'un livre de James Ellroy" (pourtant je me l'étais bien dis et j'en étais quasiment sûr que c'était UNE DAUBEEE !! mais y'avais rien d'autre à louer). Bein j'ai pas estimé finalement que le film mérite que je passe 1H et quelque devant...

Avatar de l’utilisateur
Prodigy
Messages : 6429
Inscription : mar. mai 11, 2004 2:04 pm

Message par Prodigy » jeu. juin 03, 2004 12:48 pm

Je suis à moitié d'accord avec F des Bois, et à moitié d'accord avec les défenseurs du film. Si je peux me permettre, je vais poster la critique que j'avais faite du film à l'occasion de la sortie du DVD :
Ca ne serait pas précisé en gros sur le générique que ça n'aurait probablement pas échappé aux habitués de son oeuvre : Dark Blue est tiré d'une histoire de James Ellroy, et ça se voit. Pas de rédemption possible, avec ce gars là, empereur des pourris, des corrompus, des racistes, des carriéristes. Autant de vies vouées à la compromission, à l'obtention de la forme la plus totalitaire de pouvoir. Comment l'avoir, comment le garder. Le fait de situer son intrigue sur fond d'émeutes raciales n'est pas non plus anodin, et là encore coutumier du romancier (cf Le Dalhia Noir). Dark Blue débute par le passage à tabac de Rodney King en 1991, et le destin de ses protagonistes ne tient qu'à un fil, ou plutôt à un trait de poudre. Une mèche bien vite embrasée par le verdict d'un procès, et qui donnera les résultats que l'on sait : émeutes, pillages, meurtres. Autant dire qu'avec un sujet pareil, par un auteur pareil, on s'attendait au coup de crosse dans le menton, à un Training Day avec des tripes, sans pardon moralisateur. Hélas, Dark Blue a un handicap de taille : son réalisateur.

Ron Shelton, un paquet de films au compteur mais franchement aucun chef-d'oeuvre, c'est l'homme de Tin Cup, l'homme de Hollywood Homicide, un gars pas foncièrement mauvais (sauf quand il écrit le script de Bad Boys II), mais qui cherche un peu ses repères, entre cinéma de grande consommation et films plus personnels. Malheureusement, Ron Shelton c'est aussi le pouvoir évocateur d'un téléfilm, la puissance et le rythme d'un épisode de Hooker : une mise en scène molle et sans génie qui ne parvient pas à valoriser des acteurs excellents, Kurt Russell en tête. Crédible dans son rôle de flic beauf et violent, le meilleur pote de Carpenter remballe ses biscotos et affute ses plus beaux arguments de vieux facho, dans un speech final que l'on imagine pas très loin des ses convictions politiques réelles. La droite tendance bleu frigorifiant, la droite "Dark Blue". Une ambiguité qui sert le personnage tout autant que l'intrigue, finalement assez convenue, pur qui a vu Narc récemment, mais qui puise dans ces racines du mal autant de sève pour nourrir des scènes parfois très tendues.

Aidé par un twist qui le secoue un peu dans son dernier quart d'heure, Dark Blue a tout du film pétri de bonnes intentions qui n'aurait jamais dû atterrir dans les mains d'un faiseur aussi peu inspiré que Shelton. Ses plans sont moches, le montage n'a aucun dynamisme, et ce qui aurait dû être un vrai brûlot ambigu et contestataire, un Dirty Harry des nineties, n'est finalement qu'un petit polar de fonctionnaire, pas foncièrement déplaisant, mais pas beaucoup plus excitant qu'un paquet de séries B qui n'ont pas la chance de passer par la case cinoche. Il y parfois a un vrai talent et une effronterie dans le petit budget de vidéo club qui font totalement défaut à ce Dark Blue bien trop pépère. Heureusement qu'il y a ces personnages vachards et carriéristes, qui se bouffent par intérêt et se jettent par jeu. Même s'ils en font tous des tonnes, Russell et ses compères sauvent le film de leurs petits bras costauds, malgré une fin trop gentiment moralisatrice pour être la claque nihiliste souhaitée par son auteur. Le vrai, le seul : Ellroy. La puissance de son écriture et des sujets qu'il aborde a parfois le don de faire les carrières de cinéastes médiocres. Hélas, Dark Blue ne sera pas le L.A. Confidential de Ron Shelton.
Je pense que ça résume assez bien ce que je pense du film : sujet brûlant, réa bateau.

Avatar de l’utilisateur
cinetudes
Messages : 224
Inscription : ven. avr. 30, 2004 8:37 am
Contact :

Message par cinetudes » jeu. juin 03, 2004 1:20 pm

Moi je dirais que c'est un polar trés honnête et que le côté bateau dénoncé par certains est présent dans de nombreux polars!!

Shelton est loin d'être un dieu de la caméra c'est certain, quelques revirements de situations sont assez lourds mais bon quand même il se laisse bien regarder ce film par ces temps d'actualité daubesque.

Russell y est fabuleux, le fond social est réussi et le manichéisme global me parait somme toute assez logique le réal n'étant pas un cinéaste cuillu mais un metteur en image un peu mou du genoux qui assure quand même plus que le minimum syndical et la violence et l'apreté dégagée par le film sont bien présents et ne sonnent jamais faux.

Je le rapproche pas mal de Narc qui propose lui aussi un bon début de scénar (voir même excellent) , de grands acteurs , des scènes bien tendues mais fais un peu retomber le soufflet lui aussi.
Sa réal plus inspirée que celle de Shelton c'est sur plombe néanmoins la plupart du film par des effets clippeux aussi peu maitrisés que totalement hors contexte et finit sur une "rédemption" bien tirée par les cheveux.

Donc Dark Blue pêche par tiédeur de mise en scène et grosses ficelles et Narc par excés de maniérisme non maitrisé et par une fin manichéene qui gache pas mal ce qui précède.

Par contre Carnahan est un réal à suivre si il ne se fait pas bouffer tout cru par Hollywood et continue à écrire des scénars tendus comme celui-ci alors que Shelton 'était qu'un technicien de plus qui à eu un coup de cul sur un film (bon scenar, bons acteurs).

Stefan
Image

Avatar de l’utilisateur
rusty james
Messages : 6547
Inscription : ven. avr. 30, 2004 7:41 am

Message par rusty james » jeu. juin 03, 2004 1:28 pm

Je le rapproche pas mal de Narc
Putain me dis pas çà ciné :shock: je l'ai toujours / encore pas matté Narc ! :?

Avatar de l’utilisateur
cinetudes
Messages : 224
Inscription : ven. avr. 30, 2004 8:37 am
Contact :

Message par cinetudes » jeu. juin 03, 2004 1:37 pm

T'in quiêtes pas Rusty James, je les rapproche en ce sens que ce sont deux polars récents qui ont fait parler d'eux et qui tentent d'avoir une approche moins stupide de ce genre (même si pas mal d'entre vous n'ont pas pensé ça de Dark Blue).

Et puis je les ai vu l'un à la suite de l'autre ceci expliquant sans doute cela.

Stefan
Image

Avatar de l’utilisateur
rusty james
Messages : 6547
Inscription : ven. avr. 30, 2004 7:41 am

Message par rusty james » jeu. juin 03, 2004 1:56 pm

:wink:

Phoenix
Messages : 110
Inscription : dim. mai 02, 2004 11:03 pm
Localisation : Paris

Message par Phoenix » jeu. juin 03, 2004 10:37 pm

Bon,je sens le thread du Coming-Out là...

j'ai trouvé DARK BLUE vraiment bon:un contexte explosif et une tension politique est vraiment bien retranscrite. Je ne me suis jamais intéressé a James Ellroy, donc,je ne parlerais pas de son univers que je ne connais pas. Le Duo Kurt Russel/ (j'ai oublié son nom) fonctionne bien, le Rookie et son mentor, c'est un classique mais ici ca marche plutot bien,donc pourquoi s'en plaindre?

Kurt Russel dans le role du flic ripou...j'adore!! Les seconds roles sont vraiment top: Ving Rhames et Brendan Gleeson en homme de convictions ne lachant rien, pret a tout pour leur carrière et leur réputation...ca le fait graaaave!!!

4/6.

Avatar de l’utilisateur
Shinji
Messages : 2425
Inscription : mar. mai 04, 2004 5:50 pm
Localisation : Conflans (78)
Contact :

Message par Shinji » ven. juin 04, 2004 11:12 am

J'adore Ellroy, mais même s'il déteste Dark Blue, ça ne m'empêche pas d'apprécier ce film. Je pense surtout qu'il n'a pas supporté que son scénario ait été réécrit. De toute façon, comme ça a été dit, ce n'est pas un adepte du cinéma, et il ne s'intéresse pas aux adaptations de ses écrits, même s'il a été agréablement surpris par L.A. Confidenital (normal, qu'est-ce qu'il est bien ce film !).

Sinon je n'ai pas vu Cop (qu'Ellroy déteste), mais Brown's Requiem est pas bon (c'est un téléfilm banal).
Dernière modification par Shinji le ven. juin 04, 2004 11:53 am, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
F-des-Bois
Messages : 845
Inscription : ven. avr. 30, 2004 8:56 am

Message par F-des-Bois » ven. juin 04, 2004 11:19 am

James Ellroy donne les raisons pour lesquelles il n'aime pas le film dans le dernier Mad, notamment le traitement vulgaire des personnages.

Avatar de l’utilisateur
rusty james
Messages : 6547
Inscription : ven. avr. 30, 2004 7:41 am

Message par rusty james » ven. juin 04, 2004 11:25 am

...et la réalisation de Shelton.

Avatar de l’utilisateur
Prodigy
Messages : 6429
Inscription : mar. mai 11, 2004 2:04 pm

Message par Prodigy » ven. juin 04, 2004 11:46 am

Ah j'aime bien Cop, par contre.

Avatar de l’utilisateur
Humungus
Messages : 450
Inscription : sam. mai 01, 2004 1:32 am
Localisation : Traqué !

Message par Humungus » ven. juin 04, 2004 11:48 am

Maxi mea culpa arioch, effectivement Dark Blue est à la base un scénario et non un roman, contrairement à Cop que j'ai cité en exemple qui est l'adaptation de Lune Sanglante.
Voilà... :roll:

Avatar de l’utilisateur
Shinji
Messages : 2425
Inscription : mar. mai 04, 2004 5:50 pm
Localisation : Conflans (78)
Contact :

Message par Shinji » ven. juin 04, 2004 1:25 pm

En parlant du scénario, il me semble qu'à la base il ne se déroulait même pas pendant l'affaire Rodney King, mais 20-30 ans avant. J'aimerais bien le récupérer quelque part...

Avatar de l’utilisateur
Humungus
Messages : 450
Inscription : sam. mai 01, 2004 1:32 am
Localisation : Traqué !

Message par Humungus » ven. juin 04, 2004 1:33 pm

Le scénario de Dark Blue s'appelle effectivement The Plague season et se déroule dans les 60's.

Répondre