Cold in July (2014) de Jim Mickle

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
comte vonkrolock
Messages : 10081
Inscription : mer. févr. 28, 2007 6:32 pm
Localisation : Dans les Carpathes Lyonnaises

Cold in July (2014) de Jim Mickle

Message par comte vonkrolock » mer. juil. 15, 2015 6:34 pm

Au Texas en 1989, Richard Dane, encadreur, est réveillé en pleine nuit par des bruits dans sa maison. Aveuglé et apeuré par la lampe torche du cambrioleur, il l'abat. La police identifie Freddy Russell, un criminel recherché. Le père de ce dernier décide de se venger...

Alors ce n'est peut-être pas la tuerie qu'on cherchais à nous vendre, avec sa double intrigue le film de Jim Mickle semble plus proche d'un remake caché du 8mm de Joel Schumacher que d'un authentique film original qui serait un des chefs-d’œuvre du genre.

Mais au moins se Cold in July à le mérite de mettre en avant 3 acteur merveilleux au sommet de le art, et rien que pour voir se trio à l'écran il est à découvrir d'urgence. On avait pas vu l'acteur de Dexter brillé auparavant autant dans un rôle enfin à sa mesure, avec se film s'est définitivement fait, et bien :D

Vu sur l'excellent BR éditer par WS.

Image
Toi t'est un flic..? Non j'uis un con. :D
Snake Plisken Escape from NY

Avatar de l’utilisateur
DPG
Messages : 4910
Inscription : ven. avr. 30, 2004 1:03 pm
Localisation : Higher, toujours ailleurs

Re: Cold in July (2014) de Jim Mickle

Message par DPG » lun. mars 14, 2016 1:23 pm

Bien aimé. C'est carré, efficace, une mise en scène plutôt élégante sans être trop clinquante, un score qui tabasse, un casting bien choisi. J'ai aimé aussi le scénar' à tiroirs, avec ses ruptures de ton, ses changements de direction, c'est surprenant, ça prend parfois quelques raccourcis, mais ça fonctionne. Après, il y a quelques choix un peu en dessous, quelques trucs un peu traités par dessus la jambe, mais globalement le bilan est très positif, bonne petite découverte, bon moment comme on aimerait en voir plus souvent !
"J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de mon égo. J'ai pas encore atteri... "

Avatar de l’utilisateur
Plisken
Messages : 2793
Inscription : dim. mai 02, 2004 6:27 pm
Localisation : http://perdu.com/

Re: Cold in July (2014) de Jim Mickle

Message par Plisken » dim. mars 05, 2017 7:54 pm

Bonne série B "redneck" avec un joli trio de gueules. Pour le traitement je suis un peu dubitatif. J'étais content de retourner dans les années 80 mais les références sont trop présentes. Ca aurait mérité un peu de subtilité.
Image

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20569
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Re: Cold in July (2014) de Jim Mickle

Message par Superwonderscope » lun. oct. 07, 2019 6:59 pm

le blu ray trainait encore sous cellophane depuis presque deux ans :D Donc, je suis entré dans une phase "j'arrête d'acheter à tout va et je regarde ce que j'ai en retard"... Donc vu sur le Blu Ray UK de chez Icon, d'excellente facture. Piste DTS DH MA 5.1 avec sta, 2.40:1 sur 109mn, qui magnifie la partition JohnCarpenterienne de Jeff Grace (que j'ai achetée dans la foulée)

Je ne connaissais rien ou presque du sujet, et j'ai été très agréablement surpris - j'avais un peu peur du sillage pris dès le début, mais la narration emprunte des chemins de traverse, avec des retournements de situation qui m'ont pris de cours. Avec un trio final bien brutal, au jeu bien trouvé. Michael C. Hall est parfait dans son role de père hyper-protectif dépassé par les événements. Sam Shepard en ex-taulard vindicatif et la bonne surprise vient de Don Johnson en détective-éleveur de porc. Les relations entre chacun s'affinent au gré de la narration et c'est plutôt bien vu côté évolution des perso.

Evidemment, difficilement de ne pas penser aux thrillers des années 80 et à la patte Tarantino ... et la musique de Jeff Grace. ca fait en effet beaucoup de références. mais ça ne m'a pa plus généralement que cela, dans le sens où cela n'est guère appuyé. La partition électro (et le piano seul) s'insère parfaitement dans le tempo et les images. On y voit aussi quelques clins d'oeil à Giorgio Moroder et (soyons fou) Pino Donaggio. J'aime beaucoup la construction de l'attente du moment dans le film et la dernière image finale, apaisée après le massacre. une trajectoire texane complexe, avec un scénario qui ménage ses effets - et des moments parfois nauséeux
Spoiler : :
honnetement, la séquence de la batte de base ball avec la jeune prostituée, c'est limite, même si je comprends qu'il fallait trouver quelque chose d'ignoble pour déclencher l'ire de Shepard
Une bonne série B à l'histoire à virages intéressants, et dotés de solides perso, violents et aux remous internes palpables. Très sympa, et le meilleur film de Mickle, bien plus maitrisé que les autres.

En regardant legénérique de fin, on voit qu'il a aussi mis la main à la pâte sur plusieurs éléments, comme les VFX; Et que les remerciements à Jeremy Saulnier et bong joon ho veulent dire quelque chose...
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

Répondre