Dunkerque - 1958 - Leslie Norman

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Dunkerque - 1958 - Leslie Norman

Message par Manolito » mar. avr. 21, 2020 12:45 pm

Titre UK : Dunkirk

Image

En Mai 1940, Hitler lâche sa guerre éclair sur l'Europe de l'ouest, envahissant en quelques jours la Belgique et le Nord de la France. Les 300 000 soldats de l'armée anglaise se retrouvent piégés entre la mer du nord et la rouleau compresseur germanique...

En 1958 le studio britannique Ealing (dont c'est un des tout derniers films) et la major US MGM s'associent pour signer "Dunkerque", film de guerre à grand spectacle relatant le débâcle de 1940 et l'évacuation de l'armée anglaise sous le feu nourri de l'armée allemande.

Si le film de Nolan décrit uniquement les événements de l'évacuation, ce "Dunkerque" donne beaucoup plus de contexte. L'action commence à la veille du blitzkrieg, et se poursuit durant toute l'invasion du Nord de la France. Nous suivons la retraite désespérée de soldats anglais à travers le nord de la France, confrontés à une nouvelle façon de faire la guerre à laquelle nul ne les a préparés, en particulier à un usage très agressif de l'aviation et à des adversaires très mobiles.

Le film nous montre aussi les arrières, de façon très critique à l'égard du royaume uni, que ce soit ses hommes politiques à côté de la plaque (Chamberlain), l'armée inondant l'opinion d'une propagande rassurante et déconnectée de toute réalité, et même les civils égoïstes peu concernés par cette guerre qu'ils jugent lointaine et sans conséquence. Cette façon de faire un film de guerre sur une défaite et d'en chercher les racines dans les institutions et la société du pays vaincu est originale, surtout pour l'époque, et fait une grande part de l'intérêt de "Dunkerque".

Les événements de Dunkerque eux-mêmes occupent le dernier tiers du métrage. Ces scènes recourent à une figuration très nombreuse (ce qui manquait un peu au Nolan pour moi), avec des scènes de foules spectaculaires. Le film abuse cependant un peu trop de maquettes et projections visibles, ou de dunes reconstituées en studio. Ce dénouement, avec pas mal de scènes annonçant évidemment le film de Nolan (en particulier sur le long embarcadère) n'est curieusement pas le passage le plus réussi du métrage. mais reste tout de même intéressant.

"Dunkerque" 1958 est donc un film de guerre globalement intelligent et réussi, avec de bons acteurs, dont Richard Attenborough en civil rétif à joindre l'effort de guerre, et Bernard Lee (le "M" historique de James Bond) en journaliste engagé. Ce métrage jette un regard juste et réfléchi sur une défaite traumatisante, dans un bon spectacle de cinéma d'envergure.

Vu sur Mycanl, Ciné+.

Répondre