La croisée des destins - 1956 - George Cukor

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

La croisée des destins - 1956 - George Cukor

Message par Manolito » jeu. mai 07, 2020 8:35 am

Titre US : Bhowani Junction

Image

Dans les dernières années de l'occupation de l'Inde par l'Angleterre, Victoria Jones, une métis, cherche sa place et son camp dans son pays au bord de la guerre civile...

Au milieu des années 1950, la MGM reste le plus prestigieux des studios hollywoodiens. Il se fait une spécialités des grands spectacles à gros moyens, parfois tourné dans des pays exotiques, en Afrique centrale ou en Egypte par exemple. L'acteur Stewart Granger est chez eux le spécialiste du cinéma d'aventures (dans "Scaramouche" ou "Les mines du roi Salomon"), et Ava Gardner est une de leur Star attitrée les plus prestigieuses.

"La croisée des destins" est réalisé par George Cukor, grand spécialiste de la comédie et du mélodrame, et le métrage est tourné au Pakistan, chose assez exceptionnelle pour un film hollywoodien de cette époque. Il aurait dû être au départ tourné en Inde, mais, pour des raisons politiques et financières, il a finalement été tourné à Lahore.

C'est un grand spectacle en cinémascope-couleurs, format alors encore réservé aux films de prestige. Et le décor du Pakistan n'est pas qu'un joli décor puisque le sujet est bien l'Histoire récente de l'Inde, l'action se déroulant juste après la seconde mondiale, juste avant l'indépendance de l'Inde et sa partition avec le Pakistan. Victoria Jones, une métis anglo-indienne, canalise tous les conflits en présence, avec les anglais, le parti du congrès, et des agitateurs violents souhaitant faire basculer le pays dans un conflit armé. Victoria est tiraillée entre trois hommes : un métis comme elle, un indien et un officier anglais.

A travers ce personnage, "La croisée des destins" se prête à une analyse assez pointue du racisme, racisme multilatéral, où tout le monde se méprise d'une façon ou d'une autre. "La croisée des destins" part donc avec de beaux atouts en main et de bonnes intentions. Les moyens mis en oeuvre sont impressionnants, avec des scènes de foules spectaculaires et bien dirigées, l'emploi de paysages et d'images rares dans le cinéma américain.

Pourtant, si c'est un film intéressant, ce n'est pas une grande réussite non plus. La faute à une narration abusant d'une voix off lourde pour relier des événements laborieusement, ce qui casse la fluidité du métrage, lui donne un rythme heurté, inégal. Le film a en effet été remonté à la hâte suite aux inquiétudes de la MGM après les premières présentations du film. De plus, "La croisée des destins" souffre d'une fin vraiment conventionnelle, avec une scène d'action passe-partout, et même un deus ex machina final pour le moins superflu.

"La croisée des destins" donne donc l'impression d'une grande opportunité un peu gâchée, d'un métrage contenant des parties très intéressantes, et d'autres beaucoup plus bâclées. Il est surtout resté dans la mémoire pour la beauté incendiaire d'Ava Gardner en sari blanc.

Vu sur Mycanal/Ciné+.

Répondre