La foule - 1928 - King Vidor

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

La foule - 1928 - King Vidor

Message par Manolito » ven. mai 08, 2020 11:08 am

Titre US : The Crowd

Image

John Sims, un jeune homme rêveur de la campagne, se rend à New York avec la ferme intention de réussir sa vie de façon marquante. Il commence à un petit poste dans une firme d'assurance...

Après le succès de "La grande parade", fresque sur la première guerre mondiale tournée pour MGM, King Vidor a les mains libres et réalise un sujet de son choix : la vie d'un couple modeste dans le New York dans les années 20. MGM ne sera pas enchanté par le film, trop sombre à son goût, mais le film devient quand même avec les années un très grand classique du cinéma américain, qui vaut une nomination à King Vidor comme meilleur réalisateur de drame aux tout premiers Oscars en 1929 (le prix sera gagnée par Frank Borzage pour "L'heure suprême"). "La foule" va rester comme un grand classique fondateur du cinéma américain, à l'instar de "L'aurore" ou "Le kid" et fera partie de la première salve de 25 films américains à être inscrits à l'inventaire de la bibliothèque du Congrès, dans les années 80.

Les grandes villes modernes sont un sujet classique du cinéma muet, avec des titre comme "Berlin, symphonie d'une grande ville", "Metropolis" ou "Le dernier des hommes". Ce dernier film de Murnau semble particulièrement avoir influencé King Vidor pour "La foule" puisqu'on retrouve une situation assez similaire : celle d'un individu ordinaire perdu et écraser dans la société moderne et dans une grande ville tentaculaire.

Vidor choisit deux acteurs peu connus pour jouer ces rôles. Il multiplie aussi les expérimentations formelles, les cadrages et travellings audacieux, mais sans jamais perdre de vue son sujet : l'histoire d'un homme et d'une femme, la dure survie d'un homme simple aux rêves trop grands dans un monde sans pitié, sans empathie. Le vrai combat, c'est la quête et la conservation du bonheur, la lutte pour la survie d'un couple et d'une famille, la lutte pour surmonter les coups les plus durs qui nous tombent dessus.

L'humain minuscule dans la ville immense et populeuse, tel est le sujet cinématographique et narratif de "La foule", très, très beau film, généreux, superbement mis en scène, immense par l'humanité lyrique de son regard, intègre dans son refus d'une résolution facile, avec un plan final magnifique, refusant à la fois le misérabilisme et le happy end facile.

A noter que le personnage d'un clown/homme sandwich pathétique est assez crucial dans ce film : on ne peut s'empêcher de penser que les auteurs de "Joker" avaient ce souvenir en mémoire ?

Image

Le film est dispo sur le replay d'arte jusqu'à octobre 2021, profitez-en, bande de petits veinards... :-D :

https://www.arte.tv/fr/videos/023149-000-A/la-foule/

Répondre