Vie et mort du cinéma pornographique

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Machet
Messages : 2966
Inscription : ven. févr. 24, 2006 6:34 am
Localisation : Annecy

Vie et mort du cinéma pornographique

Message par Machet » mer. mai 13, 2020 11:45 pm

Je me faisais la réflexion suivante. Existe-t'il encore des films pornographiques ?

Ne comptons pas les bobines de bordel qui circulaient sous le manteau dans la première moitié du 20è Siècle. Mais disons que le cinéma pornographique a duré des années 70 à 2010 environ. Arrêtez-moi si je me trompe, mais depuis l'avènement des Youtubes X proposant des videos de "situations", le cinéma porno (avec une "histoire", des "dialogues", etc) a complètement disparu des radars.

Aujourd'hui, plus vraiment besoin de payer (sauf pour ceux qui en veulent toujours plus), grâce à internet et à un exibitionisme décontracté lié à notre époque "réseaux sociaux", les pirates et amateurs ont rattrapé l'industrie du X et l'ont explosé de l'intérieur, si je puis dire.

Qui s'en plaindra ? Désolé si je parais un peu méprisant, mais y a-t-il eu un seul bon film porno, digne de rester dans l'Histoire du cinéma ? Quelques parodies Z, au mieux. Il y a eu "Love" de Gaspar Noé qui fait figure d'exception, mais peut-on réellement le compter dans ce genre là ?

Le cinéma érotique, variante soft, compte lui quelques films importants, dans le sens où ces films - pour ceux qui ont fait un petit effort artistique - disent au moins quelque chose de leur époque, des moeurs d'un pays, etc. Sans oublier la beauté du corps féminin. "Emmanuelle" par exemple.
Il y a un p'tit détail qui me chiffonne

bluesoul
Messages : 4356
Inscription : sam. sept. 27, 2008 4:09 pm
Localisation : Tokyo dans les annees 70s, baby! Yeah!

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par bluesoul » jeu. mai 14, 2020 2:43 am

Au Japon, ca a l'air plutot mort.

Les Toei Porno et les Nikkatsu Roman Porno sont morts en enterres depuis belle lurette. En 2016 il y a bel et bien eu un Nikkatsu Roman Porno Reboot Project voyant la sortie en salle de 5 films, mais rien depuis.

Le marche de la video pornographique a completement enterre le cinema meme si il y a un genre d'"Adult Video" labellise (je crois) "Drama" qui essaye au niveau d'une production pour le marche de la video de faire comme avant en salle mais avec des moyens beauuuuuucoup plus restreint.
les pirates et amateurs ont rattrapé l'industrie du X et l'ont explosé de l'intérieur, si je puis dire.
Complement d'accord, je me rappelle d'un article il y a une decennie ou l'on vantait l'industrie du porno US comme etant a la point de la securite et de la lutte contre le copiage a cause--justement--de sites de piratage specialise dans le X.
y a-t-il eu un seul bon film porno, digne de rester dans l'Histoire du cinéma ?
Bonne question, j'ai souvenir de chouettes films (Tracy Lords et Brigitte Lahaie forever! 8)) ), mais de la a les mettre en competition avec le cinema generaliste: non! Ce ne sont pas les memes moyens, les memes "talents" :D ce ne sont pas les memes ambitions, le meme public, etc. Ca n'a egalement aucune intention de rester dans les anales :lol: . C'est juste un moyen de faire de l'argent le plus vite possible et basta. Les actrices/acteurs seront remplaces dans l'interet du public a tres grande vitesse. Je pense qu'on ne peut que les mesurer entre eux. Mauvais, bon, tres bon. Moins bon que..., Mieux que...etc.
Le cinéma érotique, variante soft, compte lui quelques films importants, dans le sens où ces films - pour ceux qui ont fait un petit effort artistique - disent au moins quelque chose de leur époque, des moeurs d'un pays, etc. Sans oublier la beauté du corps féminin. "Emmanuelle" par exemple.
Entierement d'accord sur l'idee, meme si la notion de pornographie vs erotisme est biaisee. (j'ai dit "biaisee", hein :D ) Andre Breton disait que l'"La pornographie, c'est l'érotisme des autres". Qu'est-ce qui est erotique? Qu'est-ce qui est pornographique. Ou finit l'un? Ou commence l'autre?

Je suppose que les films erotiques existent encore pour le cable (plus que la video). La pornographie plus pour la video, la VOD et les chaines thematiques qu'autre chose. En salles, a part des resorties en salles specialisees (egalement en train de disparaitre a grande vitesse) et des films plutot mainstream (sur)jouant la carte du sexy jusqu'a l'erotisme ca me parait en effet plutot mort...
En direct du Japon. Bonsoir. A vous, Cognac-Jay.

Avatar de l’utilisateur
Dragonball
Messages : 12421
Inscription : ven. déc. 17, 2004 8:43 pm
Localisation : Dans un Bunker avec Playboy, une Dreamcast et un M16

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par Dragonball » jeu. mai 14, 2020 7:48 am

Perso, il me semble impossible de mettre le cinéma porno et le cinéma classique sur un même plan.

C'est une marotte de certains cinéphiles, qui pointe les qualités artistiques de certains porno, surtout des années 70/80 mais dans les faits, impossible de voir ces films de la même manière que les autres parce que très rapidement, qu'on s'astique frénétiquement la nouille ou pas devant, ben ça juste méga chiant ! :D

Je mets au défi n'importe quel cinéphile, même amateur du genre, me dire qu'il se fait parfois des soirée pornos comme on peut parfois se faire des soirées films d'horreur, western ou slasher par exemple ! :D

Après, ça n’empêche pas le genre de compter des films parfois très réussis (Tout les niveaux d'ailleurs) comme ceux de Mario Saliéri par exemple !

Ou encore ceux de joe d'Amato, qui a la fin de sa carrière a décliné la plupart des types de films de genre en mode X, comme les Westerns et les peplums par exemple !

Et je pense également que c'est au niveau du film érotique ou là, on trouvera par contre toujours des chefs d'oeuvres, ne serait ce que par les contraintes généralement imposé par le porno en terme de scènes de sexe ne sont pas les même !

Car il faut aussi bien s'entendre sur la définition du porno !

Pour moi, le porno constitue le genre le plus codifié qui soit, avec un nombres de scènes de sexes quasiment imposés, de même que la façon de les filmés, le tout dans le but d'excité de façon basique, mécanique même, le spectateur !

Aussi, rien à voir donc, avec des films que je qualifie personnellement d'érotique comportant éventuellement des plans dit pornographiques comme "L'Empire des sens " par exemple dont la game d'émotion qu'il cherche a provoqué chez le spectateur transcende de loin la simple excitation sexuelle !

Et c'est peut être là que ce trouve justement la différence fondamentale entre la très grande majorité des pornos et les autres films. Contrairement aux autres films, les pornos (Et c'est aussi le cas des films érotiques de bas étages !) , eux, ne cherchent qu'a provoqué une sens seul sentiment chez le spectateur : L'excitation sexuelle basique !

D'ou leur côté la plupart du temps ultra chiant (Même pour les meilleurs à mon avis !) une fois craché la purée et l'excitation sexuelle mécaniquement retombée ! :)

bluesoul
Messages : 4356
Inscription : sam. sept. 27, 2008 4:09 pm
Localisation : Tokyo dans les annees 70s, baby! Yeah!

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par bluesoul » jeu. mai 14, 2020 9:24 am

Pour moi, le porno constitue le genre le plus codifié qui soit, avec un nombres de scènes de sexes quasiment imposés, de même que la façon de les filmés, le tout dans le but d'excité de façon basique, mécanique même, le spectateur !
Pour rebondir sur ce que dit Dragonball, c'en est pratiquement fascinant la facilite avec laquelle la production pornographique a reussi a virer toute narration (encore une difference avec le cinema "classique", a mon sens peut-etre la plus importante).

Example (invente): le film commence: le lieu, une piece, trois personnes (deux mecs, une donzelle), les dialogues: "bonjour, voila mon epouse". "c'est mon mari", "enchante, je suis l'amant de votre femme" et en voiture Simone! :lol: Ils pourraient se presenter comme freres et soeurs, patrons et employes ou voisins que ca ne changerait RIEN. 2-3 lignes de dialogues definissent la situation, apres il n'y a plus qu'a aligner (j'ai pas dit "enfiler") les parties de jambes en l'air.

Au Japon, les "Drama" developpent un peu plus, mais entre lieux limites, exterieurs encore plus rares et talents d'acteurs frequemment au abonnes absents on n'a pas un film, mais un "film-like"...

Dans les annees 70s/80s il y avait des histoires, certes, mais avouons-le generalement ch.antes et qu'on fesait defiler en lecture rapide avec le magnetoscope jusqu'a ce que ca devienne "interessant". :lol:

Bref, l'industrie n'a fait que de repondre a la demande (i.e. zapper le "gras", bref la narration).

A ce titre comparer les films classiques (avec narration) avec des productions pornographiques (sans narration) est un non-sens...
En direct du Japon. Bonsoir. A vous, Cognac-Jay.

Avatar de l’utilisateur
Lord Taki
Messages : 2604
Inscription : dim. mai 02, 2004 4:39 pm
Localisation : Nice [ France ]
Contact :

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par Lord Taki » jeu. mai 14, 2020 10:39 am

Euh les gonzos sont effectivement très exposés depuis 15/20 ans mais un cinéma X plus classique existe toujours.
Et il est possible de regarder un film X du début à la fin pour son histoire, si si. Exemple: le principe de plaisir de John B Root.

Avatar de l’utilisateur
Machet
Messages : 2966
Inscription : ven. févr. 24, 2006 6:34 am
Localisation : Annecy

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par Machet » jeu. mai 14, 2020 11:14 am

Ça doit être très marginal et représenter une poussière sur le "marché" actuel.

D'ailleurs, est-ce que le film porno du 1er samedi du mois existe toujours sur Canal+ ? Je me demande bien ce qu'ils peuvent diffuser si tel est le cas.

Le porno et le foot auraient fait le succès de Canal+ à une certaine époque. Il y a mille raisons qui expliquent la perte d'abonnés depuis 15 ans, mais je ne serai pas étonné que la facilité d'accès à la pornographie par internet ait participé à sa manière à la chute de Canal+.

Je pense que la plupart d'entre nous avons innocemment découvert la pornographie sur Canal+ via des enregistrements malencontreux sur une cassette de 4h. :P
Il y a un p'tit détail qui me chiffonne

Avatar de l’utilisateur
Lord Taki
Messages : 2604
Inscription : dim. mai 02, 2004 4:39 pm
Localisation : Nice [ France ]
Contact :

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par Lord Taki » jeu. mai 14, 2020 11:42 am

Le 1er samedi du mois ça existe toujours.
C+ a un cahier des charges précis pour les productions made in France.
Et je confirme la technique d'enregistrer le film d'avant avec une marge de 2h :D

bluesoul
Messages : 4356
Inscription : sam. sept. 27, 2008 4:09 pm
Localisation : Tokyo dans les annees 70s, baby! Yeah!

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par bluesoul » jeu. mai 14, 2020 1:56 pm

Euh les gonzos sont effectivement très exposés depuis 15/20 ans mais un cinéma X plus classique existe toujours.
Et il est possible de regarder un film X du début à la fin pour son histoire, si si. Exemple: le principe de plaisir de John B Root.
Euh, le film de B. Root semble dater de...1999. C'est pas vraiment recent...Mais ca colle avec l'idee que le gonzo s'est generalise a partir de cette periode.
En direct du Japon. Bonsoir. A vous, Cognac-Jay.

Avatar de l’utilisateur
fiend41
Messages : 2140
Inscription : sam. mai 01, 2010 7:07 pm

Re: Vie et mort du cinéma pornographique

Message par fiend41 » lun. juin 01, 2020 4:30 pm

perso j'aurais encore envie d'en voir, pas dans le terme porno mais éro et surtout sur grand écran. (mais pas non plus les mauvais choix de M6 le dimanche soir :D ).

ce qui me plait ce sont les "oeuvres" surtout ancrées dans une sorte d'éternité figée vers les 60's 70's, qui visent un tout pour leurs décors, l'esthétique , les musiques d'ascenseur !, l'érotisme, la lascivité, l'evanescence, les voyages à travers le monde, les contrastes et couleurs, bref tout ce qui n'était pas physique mais sensitif niveau expérience ou lifestyle. si les "Emmanuelle" étaient restées dans un huit-clos, celà aurait t'il été aussi exotique et divertissant comme une sensation de voyage ? en fait je me dis que ce qui me ferait évader, c'est le bon contexte.

(c'est en re-regardant les scénes de réverie de "Le magnifique" et "Tais toi quand tu parles", que ça m'a percuté :D = un film d'aventures à la james bond désuet. pas ces manoirs bourgeois ni le pornochic dorcel en huit-clos. et puis tant qu'à faire de rêver d'actrices porno, à quand des éditions HD des interventions evanescentes de la Cicciolina ?..

Je trouve que ça contribuait au charme de l'oeuvre tout cet environnement, et je doute oui que ça puisse exister encore. à moins qu'un studio se lance dans des remakes en respectant les codes ?

Répondre