La lecture, c'est trop dur!

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

ANTISOCIAL
Messages : 259
Inscription : mer. mars 01, 2006 5:07 pm

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par ANTISOCIAL » ven. oct. 19, 2018 1:54 pm

un des petits-fils de mes voisins lit à 13 ans un truc à la Hunger games (dont j'ai mangé le nom), et même Hunger Games.
Je trouve ça pas si mal - bon, en partant défaitiste - que des ados lisent ça, plutôt que rien, ou pire, Konbini.
Faut pas voir que ce seront les seuls livres qu'ils auront lu de leur vie, mais plutôt l'inverse, c'est un déclencheur (ou une secousse électrique qui leur rappelle que la lecture c'est trop cool) pour ouvrir vers d'autres trucs qu'on jugera plus matures, ou plus intéressants.
Après, ces livres sont les fruits de leur époque, ça sera peut-être difficile de faire passer après ça un Robert Howard ou un Clark Ashton Smith, même un Jules Verne, mais l'ouverture est faite.
J'ai prévu de filer un exemplaire de l'affaire Dexter Ward au gamin pour qu'il s'ouvre à des délices infernaux interdits, un peu comme une boite cubique et ouvragée...
http://lacrypteduchatroux.hautetfort.com/
Blog littérature, films, bédés, disques...

Avatar de l’utilisateur
fiend41
Messages : 2143
Inscription : sam. mai 01, 2010 7:07 pm

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par fiend41 » ven. oct. 19, 2018 9:36 pm

lire des livres à l'école ok j'aurais bien voulu tenter ou être guidé mais tu peux te taper une ellipse aussi. et l'orthographe ça ne servait à rien. la seule matière où j'avais 20/20 à force de lire n'importe quoi qui trainait (des revues dossier familial à la bibliotheque rose ou le journal du jour trainant) et tout le reste <10. donc viré de deux collèges. dommage car en anglais la prof par intérêt perso nous a guidés sur : A-ha, Tracy chapman, Sting. ayant bossé plus tard pour du réac rectorat, souvenir de classes ayant eu du Braveheart en diffusion dvd anglais. j'ai souvenir d'un texte en anglais tendance 1984/Orwell sur l'éducation, ou d'une énigme à résoudre d'une logeuse qui empaillait ses pensionnaires ..., donc scolarité ratée, donc direction LEP pour Cap/Bep, où on nous a pris pour des idiots à éduquer longuement sur les problèmes sexuels, la vie quotidienne, dégivrer un frigo, gérer un budget familial et 1h de poésie par mois histoire d'avoir un quota culture.., en jetant des shurikens au mur pour s'occuper.. la lecture, je découvrais qq Lovecraft dont ma soeur m'avait parlé et comme j'avais topé le jdr, L'appel de Cthulhu dans une boutique de jouets, bouquins empruntés à la bibliothèque municipale et des White dwarf en anglais qui m'intriguaient et me motivaient à comprendre plus la langue et l'univers warhammer, car aussi boutique très proche du Lep...

la "vraie" littérature, celle qui t'ouvre l'esprit aux belles lettres, tu peux oublier ça en LEP. mais a t'on échoué en fait ? je connais des ingénieurs qui ne savent pas s'occuper d'une cuisine ou nettoyer un frigo..alors qu'est-ce qui est vraiment utile en vraie nécessité dans la vie , lire et interpréter et penser, ou se débrouiller au quotidien ? ..

et niveau lecture, alors évidemment quand tu réussis à repasser dans un schéma plus généraliste scolaire, et qu'on te fait découvrir Baudelaire à 17ans, alors que tu lisais avant genre , la bibliothèque verte ou picsou magazine, c'est pas gagné pour le prof qui s'acharne quand tu lui dis que tu interprètes que l'auteur était drogué et crachait son spleen. comme une ellipse de plusieurs années donc pour les misfits que nous étions, incultes de +ou- bonne littérature tout court :?

ben pour bosser de près dans l'aide sociale & co dans l'envers du décor.. comme d'autres collègues on se demande si on serait pas plus peinards au RSA et autres magouilles sans effort à quémander sans contrepartie surtout !, choses qu'eux ont tout compris au système français tant qu'il ne s'écroule pas

Avatar de l’utilisateur
Cosmodog
Messages : 2146
Inscription : mar. sept. 05, 2006 8:38 pm
Localisation : Niche cosmique

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par Cosmodog » sam. oct. 20, 2018 3:29 pm

Cela dit, on peut étre au RSA et aimer lire de bons livres hein...

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20922
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par Manolito » sam. oct. 20, 2018 4:08 pm

Pour avoir été au RSA à un moment galère de ma vie - on disait le rmi à l'époque, c'est clair qu'entre les bibliothèques publiques, médiathèques, des trucs comme la carte illimitée de ciné à 20 € par mois, etc... la pauvreté ne m'a jamais empêché de consommer beaucoup de culture, et beaucoup de livres en particulier... Ca m'a d'ailleurs sans doute beaucoup aidé, voire peut-être sauvé ? C'était en région parisienne, certes, où il y a beaucoup d'opportunités culturelles, mais le manque d''argent comme frein à la lecture ou à l'accès à la culture, je n'y crois pas.

Après, il y a des contextes sociaux et culturelles plus ou moins stimulants, c'est plus là qu'il y a des vrais écarts, là je suis d'accord...

La lecture est à mon sens un exercice très important pour le cerveau, les capacités d'apprentissage, la stimulation de l'invention, les qualités d'expression, etc... Je crois profondément que lire apprend à bien penser.

Je trouve aussi que c'est l'activité la plus relaxante et la plus apaisante pour moi, bien plus que de surfer sur internet ou de regarder des films - ou de fréquenter des médias sociaux ou forums, occupation hyper stressante pour moi, sincèrement !...

Je suis toujours surpris de lire qu'être au RSA c'est trop le pied : quand j'avais ce genre de revenus, c'était sans doute les moments les plus affreux de ma vie, avec en particulier une vie sociale et personnelle misérable (je me rappelle encore de mon budget sortie : 8 € par semaine !), des problèmes de santé réelles (insomnies notamment), des problèmes psy aussi sans doute, même si je ne les voyais pas comme tels

Les seules personnes que je connais vraiment dans de telles situations de RSA sur le long terme (je parle de plusieurs décennies) ont tous des gros problèmes psychologiques ou sanitaires que je ne leur envie pas (drogues dures, alcoolisme lourd, dépression chronique lourde...)... Même quand ils présentent cette volonté de se tenir à l'écart du monde comme volontaire...

Je ne dis pas que de tels cas n'existent pas, mais de telles personnes au RSA sans issue, réellement heureuses et épanouies, je n'en ai jamais rencontré dans ma vraie vie - c'est à dire ailleurs que dans les articles de Valeurs Actuelles ou du Point et autres médias aux intentions idéologiques très claires...

Avatar de l’utilisateur
Machet
Messages : 2967
Inscription : ven. févr. 24, 2006 6:34 am
Localisation : Annecy

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par Machet » sam. oct. 20, 2018 4:32 pm

Pareil... RSA = peinard, j’ai peine à le croire. Comme beaucoup, pour l’avoir traversé, la pauvreté est synonyme de vie sociale réduite, de problème de santé et d’horizon bouché... Et la culture permet alors de reprendre espoir, telle une canne pour avancer. Et fort heureusement, l’accès à la culture a un coût relativement faible en France.
Il y a un p'tit détail qui me chiffonne

Avatar de l’utilisateur
leWalrus
Messages : 1566
Inscription : ven. avr. 30, 2004 11:36 am
Localisation : Besançon

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par leWalrus » dim. oct. 21, 2018 6:17 pm

Manolito a écrit :
sam. oct. 20, 2018 4:08 pm
La lecture est à mon sens un exercice très important pour le cerveau, les capacités d'apprentissage, la stimulation de l'invention, les qualités d'expression, etc... Je crois profondément que lire apprend à bien penser.

Je trouve aussi que c'est l'activité la plus relaxante et la plus apaisante pour moi, bien plus que de surfer sur internet ou de regarder des films - ou de fréquenter des médias sociaux ou forums, occupation hyper stressante pour moi, sincèrement !...
Tout à fait, et même si j'aime beaucoup le cinéma, je pense que la lecture c'est peut-être meilleur !
J'avais écris un article que j'ai remis au goût du jour à cette occasion : http://www.liseuses.net/bienfait-lecture/

Avatar de l’utilisateur
DPG
Messages : 4887
Inscription : ven. avr. 30, 2004 1:03 pm
Localisation : Higher, toujours ailleurs

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par DPG » lun. oct. 22, 2018 11:34 am

Si je peux donner un peu mon avis sur les différents sujets, je me permets ! :)

Pour ce qui est de vivre au RSA, je pense qu'effectivement, personne ne vit "bien" en étant autonome et dans la légalité avec le RSA, ce n'est pas possible. Je pense que les seules personnes qui "en profitent" comme on dit (et qui sont très minoritaires ds les bénéficiaires du RSA), sont soit encore chez leurs parents (que ça soit subi ou par choix) et voient ça comme de l'argent de poche étant logé, nourri, etc..., soit ont des revenus illégaux à côté, travail au black, trafic de drogues, etc... A ce moment là, oui, on peut voir ça comme du "bonus", mais sinon, quand on doit se démerder avec ça pour vivre, c'est tout sauf du luxe....

Pour en revenir au sujet de départ, la lecture, le sujet est très complexe. Tous les parcours sont différents et on aura bien du mal à tirer des généralités de nos histoires personnelles. Comme pour beaucoup de sujets, le déterminisme social est une chose essentielle. Oui, les gens aisés, riches, lisent plus, ont plus de livres chez eux, vont plus être soucieux de ce que lisent leurs enfants, etc... Ça ne veut pas dire qu'il n'y ait pas de riche parfaitement idiots ou incultes, ni de pauvres très cultivés, mais sur un ensemble sociologique, ça me parait absurde de le nier.

Ensuite, on aura du mal à comparer notre enfance de trentenaire, quarantenaire, avec celle des ados actuels. A l'époque, on n'avait pas Internet, la télé existait, mais tout le monde n'avait pas 200 chaines + replays, VOD, SVOD, téléchargements, streaming, etc.... les jeux vidéos étaient moins "présents", etc, etc... tous ces changements jouent forcément, dans la vie quotidienne d'un enfant, d'un ado, et toutes ces "distractions" prennent de plus en plus de place, et donc, en laissent de moins en moins à d'autres choses. La lecture est une chose, mais même d'autres domaines comme l'activité sportive, le jeu sous d'autres formes (société, plateau, GI joe, etc....) en pâtissent... Un jour, je lisais un écrivain qui regrettait que les jeunes d'aujourd'hui ne savent plus "s'ennuyer", décrivant l'ennui comme quelque chose de très formateur, notamment pour l'imaginaire. C'était assez bien écrit et je comprends très bien le propos, aujourd'hui, un ado a toujours son téléphone, une appli ouverte, une vidéo youtube, un Candy Crush. Un adulte aussi d'ailleurs, il n'y a qu'à prendre le métro pour le constater... Le moindre temps de cerveau disponible est bouffé, kidnappé, il faut s'occuper, du contenu, de l'image, du jeu, tout le temps, et c'est désastreux.

Les choix de l'éducation nationale peuvent aussi prêter à débat, débat sans doute trop vaste pour être traité ici, mais je pense comme un vieux con que, oui, "c'était mieux avant" pour pas mal de trucs à l'école... notamment l'enseignement des "basiques", la lecture étant la base d’énormément de choses...Mais aujourd'hui, il y a des consignes, on ne doit pas faire redoubler, on ne doit pas perdre de temps, parfois, on ne met pas de notes, pour ne pas stigmatiser, tout le monde doit avoir le Bac, etc... du coup, un élève sur 4 (ou sur 5) arrive en 6e en sachant à peine lire, mais on s'en fout, on fait comme si, tout va bien Mme la marquise...

Du coup, vu le marasme actuel, je suis partagé. D'un côté, je me dis que lire "Hunger games" (ou autre hein, je n'ai pas d'avis précis sur Hunger games que je n'ai ni vu, ni lu), à un âge où la plupart des enfants n'aiment pas lire, c'est "mieux que rien". D'un autre côté, je me dis que si c'est peine perdue pour la majorité, autant montrer des classiques au peu qui lira vraiment les livres. Après, oui, dans les classiques, il y a des paliers, et un Jules Verne ou Maupassant peut être moins contraignant ou "chiant" pour un ado que du Zola par exemple...

Après, chacun a son parcours. Pour ma part, j'ai lu pas mal très jeune (j'adorais Sherlock Holmes tout jeunot par exemple). Puis ensuite, collège, lycée, plus rien à part de la BD (ce qui n'est pas rien finalement), même les livres imposés en classe, je ne les lisais qu'une fois sur deux... A côté de ça, je lisais quand même des revues, des textes de chansons, d'autres trucs... Mais je ne suis vraiment revenu à la lecture que vers mes 18 ans. Et depuis, je relis, beaucoup, de tout, des essais, des classiques, des polars, du français, de l'américain, du moderne, de l'ancien, des magazines, des BDs, toujours, bref, dur de dire que tel ou tel chemin mène à UNE finalité... et très vaste sujet, très intéressant aussi :wink:
"J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de mon égo. J'ai pas encore atteri... "

Avatar de l’utilisateur
fiend41
Messages : 2143
Inscription : sam. mai 01, 2010 7:07 pm

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par fiend41 » lun. oct. 29, 2018 2:37 pm

comme DPG, la lecture c'est aussi un constat qui se raréfie, pouvoir s'isoler et échapper à la vitesse du monde actuel. comme un geste de flegme, de prendre le temps lentement, et pas qu'avec un bouquin papier, perso j'imprime des pages de blog ou forums et les relis plus tard en papier (n'ayant pas de téléphone moderne, ça aide aussi). la lecture j'y vois comme un luxe en fait..

Avatar de l’utilisateur
Fatalis rex
Messages : 7451
Inscription : ven. avr. 30, 2004 10:19 am

Re: La lecture, c'est trop dur!

Message par Fatalis rex » mar. oct. 30, 2018 8:13 am

Je tombe par hasard sur cette réflexion (idiote) concernant le RSA, croyant lire un topic sur la lecture... Et bon ça ne m'étonne guère dans ce pays où i fait toujours bon de taper sur l'autre, de préférence celui qui est en dessous dans l’échelle sociale et ne peut pas se défendre... Enfin ça m’étonne un peu plus ici, où on est censé trouver des gens un peu plus "éclairés" que la moyenne, on n'est pas sur RMC, quoi...

Le RSA c'est 470€ le revenu socle, toutes sortes de publics en bénéficient, comme les handicapés qui ne peuvent pas travailler et dont la reconnaissance handicapé n'est pas suffisante pour percevoir une pension (c'est à dire qui ont encore des bras et des jambes). Bref, c'est dans l'air du temps, tomber dans le panneau de ceux qui divisent pour mieux régner en dressant les gens les uns contre les autres. je ne parle même pas des dépressions, suicides liées aux personnes en situation précaire, et dont tout le monde se fout royalement. Ce discours me fait gerber.

Répondre