Cannibale Brutalo- A. Castiglioni- 1978 (public averti only)

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
eric draven
Messages : 6509
Inscription : ven. avr. 30, 2004 1:23 pm
Localisation : Dans la beauté du sale, la beauté du mal, sous les croix en feu, violant, déféquant...

Cannibale Brutalo- A. Castiglioni- 1978 (public averti only)

Message par eric draven » lun. déc. 19, 2005 10:39 pm

Addio ultimo uomo/Last savage/ Cannibale Brutalo: Le film qui dit on inspira avec Magia Nuda Deodato pour Cannibal Holocaust!

Addio ultimo uomo fut l'avant dernier mondo que tournérent les frères Castiglioni aprés 5 films consacrés au continent africain.
Si on pensait qu'on ne pouvait plus dépasser la brutalité des précédents volets, Cannibale brutalo prouve qu'on peut toujours dépasser les limites de l'abominable et les âmes sensibles risquent de ne pouvoir supporter la cruauté de ce film, sans doute un des mondos ethnologiques les + plus puissant alors tourné.

Les Castiglioni prouvent de nouveau leur mepris pour notre civilisation alors qu'ils semblent avoir une estime sans limite pour l'Afrique. Ils mettent ici plus que jamais en parallèle notre monde dit civilisé et les rites tribaux les plus ancestraux de trois tribus: les Kapsiki, les Nuba et les Shiluk. Tout le film est donc construit sur ces parallèles.

Voyeur, macabre, cruel, sans concession, Addio ultimo uomo est une suite d'abominations allant crescendo jusqu'à l'insoutenable: les deux incroyables séquences à la réputation snuff qui non seulement donnèrent au film son titre mais lui valu sa sinistre réputation.
Survie, culte du phallus, danses et rites erotiques et sexuels, chasse, massacres et cannibalisme sont au programme.

Le film s'ouvre sur le long et pénible massacre d'un éléphant que les indigènes mettront en pièce ne gardant que sa carcasse suivi d'egorgements d'oies puis celui d'un chien sauvagement bastonné et dévoré, scènes que les Castiglioni comparent en images à nos inutiles et intolerables séances de vivisection et autre euthanasie de chiens errants.

Les rites et danses erotiques permettent ensuite aux frères de filmer avec leur voyeurisme coutumier la sexualité des indigènes et le culte du phallus leur permet à nouveau leur desormais interminables gros plans d'enormes kikis 8) 8) se mouvant au ralenti tout ceci comparé à nos bars glauques et autres bordels à putes où de vieux pervers se masturbent devant une hotesse s'enfoncant un gode. Notre sexe est sale et vicieux, le leur n'est qu'amour derrière sa violence.
On suit également l'apprentissage des enfants à la masturbation, la fertilisation de vierges par des sorciers plus pures que nos adolescentes vendant leurs corps à de vieux libidineux au bord des routes.
Cette fois, les Castiglioni nous offrent carrement qques plans hardcore lors de brèves séquences.

Sont aussi au menu, les décorations charnelles et scarifications où des femmes se déchirent et se mutilent les chairs à coups de lames ou se faisant éclater le nez à coups de marteau alors que chez nous on a recours à la chirurgie esthetique, les Castiglioni se faisant un honneur à montrer les cicatrices et opérations ratées.

Reste le clou du film, ses deux fameuses scénes dites snuff:
Un indigène pousuivi par une tribu ennemie pour avoir incendié leur village qui, rattrappé, sera roué de coups sur la tête, cloué, les mains tranchées, castré et enfin cuit à petit feu, la caméra devenant de plus en plus frénetique et tremblante alors que le drame se joue, renforcant toute l'horreur de l'acte punitif. Il était le dernier homme du titre! Séquence fake mais impressionnante.

La deuxième et cette fois bien réelle est la longue et nauséeuse préparation funéraire d'un corps mort depuis plusieurs jours, putrescent, pour son voyage vers l'au delà. Le cadavre est minutieusement dépécé, la putrescence retirée ainsi que les detritus amoncelés dans tous le orifices naturels. On nettoie le nombril avec les doigts ou du coton, la caméra insiste sur les détails vomitifs, sur les gros plans putrides et filme avec complaisance les mouches et la vermine s'échappant du cadavre.
Ces dernières images sont assez incroyables par leur réalisme et on pense au final de Cannibal Holocaust dans un contexte réel, Deodato ayant dit on fortement inspiré par lse mondos africains.

Comme dans tous leurs mondos, on sent les frères passionnés par leur travail, leur total engagement, évitant quelque peu les commentaires racistes et hypocrites récurrents chez leurs confrères, Cimati et Morra, ou Jacopetti même si ces commentaires toujours récités par une voix solennelle sonnent par moment bien faux. Quelques soient leurs intentions, Addio ultimo uomo demeure du pur cinéma d'exploitation, chaque réalisateur voulant à chaque nouveau film dépasser les limites de ses confrères.

En cela, Cannibale Brutalo est un monument du genre, peut-être l'ultime pas du Mondo ethnologique italien des 70s vers les limites de l'horreur live si toutefois il existe des limites. Mais des films à regarder avec un certain recul et surtout un certain regard quelque soit le plaisir pris.

Fortement déconseillé aux âmes sensibles mais à faire s'enchainer avec Magia nuda pour les plus coriaces comme Eric! 8) 8)
Dernière modification par eric draven le lun. juil. 28, 2008 9:13 pm, modifié 6 fois.
Je pourrais vous tuer mille fois jusqu'aux limites de l'éternité si l'éternité possédait des limites.

MES FILMS: http://sd-1.archive-host.com/membres/up ... lms_56.rtf

Avatar de l’utilisateur
Romain
Messages : 4129
Inscription : mar. juin 08, 2004 11:29 pm
Localisation : Metz/le village
Contact :

Message par Romain » mar. déc. 20, 2005 12:30 am

Je n'attendrais pas le prochain Draven Tour pour voir cette horreur.
Vivement que tu deballes tes cadeaux et que tu me graves cette petite merveille!!! 8)

Avatar de l’utilisateur
RMIman
Messages : 68
Inscription : ven. sept. 17, 2004 10:34 pm

Message par RMIman » mar. déc. 20, 2005 1:10 am

Question: intéret de voir un tel amoncellement de saloperies ? :?

artistique ?

culturel ?

sensations fortes paresseuses (ie: au fin fond de son fauteuil bien au chaud petite bière à la main) ?

:oops:

Avatar de l’utilisateur
Romain
Messages : 4129
Inscription : mar. juin 08, 2004 11:29 pm
Localisation : Metz/le village
Contact :

Message par Romain » mar. déc. 20, 2005 1:26 am

Question: intéret de voir un tel amoncellement de saloperies ?
-Rigoler grassement pendant 90 minutes...
-pouvoir frimer pendant les Draven tour en disant "ah,tiens moi aussi je l'ai vu"

Avatar de l’utilisateur
Cropsy
Messages : 276
Inscription : jeu. juin 10, 2004 11:15 am
Localisation : Quelque part dans les bois
Contact :

Message par Cropsy » mar. déc. 20, 2005 9:00 am

y aurait moyen de me graver ça à moi aussi :D :D ... snif, encore un film que je ne verrais jamais... :(

Avatar de l’utilisateur
trepanator
Messages : 1029
Inscription : dim. mai 02, 2004 3:09 pm
Localisation : le trou du cul du monde (DOM-TOM)

Message par trepanator » mar. déc. 20, 2005 7:16 pm

il me le faut !!! :shock:
Image

Avatar de l’utilisateur
rocket
Messages : 457
Inscription : ven. avr. 30, 2004 12:15 pm

Message par rocket » mar. déc. 20, 2005 7:26 pm

le chef draven nous présente donc ici son meilleur met en terme de mondo

bande de tarés :mrgreen:

n'oubliez pas, c'est meilleur avec un oeuf et des capres :mrgreen:

http://www.meilleurduchef.com/cgi/mdc/l ... rtare.html

Médusa Man
Messages : 442
Inscription : mer. mai 05, 2004 10:19 am
Localisation : urban jungle
Contact :

Message par Médusa Man » mar. déc. 20, 2005 10:19 pm

ça m'interrese vachement de le voir !
Sheri Moon you're the sun of my life !

Avatar de l’utilisateur
eric draven
Messages : 6509
Inscription : ven. avr. 30, 2004 1:23 pm
Localisation : Dans la beauté du sale, la beauté du mal, sous les croix en feu, violant, déféquant...

Message par eric draven » mar. déc. 20, 2005 10:22 pm

RMIman a écrit :Question: intéret de voir un tel amoncellement de saloperies ? :?

artistique ?

culturel ?

sensations fortes paresseuses (ie: au fin fond de son fauteuil bien au chaud petite bière à la main) ?

:oops:
Saloperies??? A chacun ses termes :lol: :wink: et à chacun ses plaisirs également ou ses petites perversions.. :D au fond de son lit une boite de pralinés à la main!!
Le mondo italien est un genre cinématographique comme un autre... qui a ses fans comme Eric... mais je ne commencerais point un débat ici sur le sujet que je devine se terminer en pugilat comme à chaque fois.
mais j'ai encore bien pire en reserve ds mon sac à malice rital oh que oui ... :roll: :D Let's see in 2006 si vous êtes sages les enfants!! 8) :wink:

Pour redevenir plus sérieux, Addio ultimo uomo n'est pas dispo en dvd encore. Point de VHS francaise mais il existe par contre 2 VHS italiennes chez Ciak et De Laurentis Ricordi, theoriquement UNCUT.. le film doit durer 91mn.
Une VHS allemande aussi sous le titre Cannibale Brutalo, je ne sais pas si cette edition est cut ou non par contre tout comme la version australienne The Violent world.
A eviter la VHS asiatique ultra cut The last savage: 80mn :cry:

Certaines éditions ou réeditions comme pour la plupart des mondos italiens sont cut.. Ici, les scenes les plus mutilées furent les séquences snuff bien sur dt celle de l'indigène roti vivant et les plans hardcore..

Il existe un vynil de la musique.. sirupeuse à souhait comme d'hab.. sortie en Italie chez RCA.

Pour les fans de Mondos italiens et mondos en genéral, un long dossier leur sera consacré courant 2006 sur http://www.zonebis.com.

Des photos de Cannibale brutalo y sont en ligne ainsi que la review détaillée cette fois du film pour tous les interessés, review que j'ai ici assez edulcorée.

Et pour ceux qui veulent un gravage, patience car ma copie est archi naze.. eric cherche une copie de bonne qualité :wink:

En attendant l'affiche du film sorti en salles en Italie alors:

Image

La jaquette video

Image

J'avais l'affiche espagnole tres belle, je vais essayer de la retrouver...
Dernière modification par eric draven le mer. déc. 21, 2005 10:02 pm, modifié 1 fois.
Je pourrais vous tuer mille fois jusqu'aux limites de l'éternité si l'éternité possédait des limites.

MES FILMS: http://sd-1.archive-host.com/membres/up ... lms_56.rtf

Avatar de l’utilisateur
RMIman
Messages : 68
Inscription : ven. sept. 17, 2004 10:34 pm

Message par RMIman » mer. déc. 21, 2005 12:37 am

eric draven a écrit :Saloperies??? A chacun ses termes :lol: :wink: et à chacun ses plaisirs également ou ses petites perversions.. :D au fond de son lit une boite de pralinés à la main!!
Le mondo italien est un genre cinématographique comme un autre... qui a ses fans comme Eric...


oué je reconnais j'ai pas maché mes mots, c qu'un truc me chiffonne dans ce genre de production... Avec un minimum d'éthique, difficile de pas considérer qu'un gars qui se fait rellement defoncer le crane puis ébouillanté pour de bon, en soi c'est une saloperie. Filmer la scène qui, ne nous leurrons pas, fait tout le fond de commerce de la chose est une deuxième saloperie.
C'est pas pour la jouer moralisateur, mais quand même faut regarder les choses en face. Je ne verrai jamai ce film, mais en te lisant, facile de piger que le parallèle avec la civilisation dite "moderne" en guise de pseudo déguisement docu est un alibi ridicule...Tout tourne autour du sensationnel et du spectacle de la mort la + atroce pour de vrai.
C'est avec ça que les mecs s'engraissent et quand même c'est à gerber...
L'autre alibi est de faire passer le message complaisant oui c'est atroce, mais c'est normal on est chez les sauvages ! (= regard colonialiste). Sais-tu que si ça se trouve, ceux qui ont tourné ça ont donné de l'argent aux indigènes (qui eux ont 3 fois rien pour bouffer) histoire d'obtenir la fameuse scène (...les scènes) ? Genre allez-y les gars, c'est votre ennemi, massacrez-le et bouffez le sans pitié aucune, on a payé, montrez-nous!.. Surtout qu'un "indigène qui crève comme un chien hein, la gravité de la chose... autant que l'éléphant quoi...
Désolé mais la conclusion c'est que les gens à l'origine de ces machins faussement ethnologiques avec scènes snuff pour gagner la curiosité morbide et les thunes du chaland, j'appelle ça des nazis, point.
Nauséeuse preuve de plus que la fin justifie les moyens et que les vrais cannibales ne sont pas là ou on croit...
Reste plus que le prestige de pouvoir dire "j'ai vu le supra vieux film interdit que personne n'a vu avec des mecs qui se font défoncer le crane et cuire pour de vrai (...ouahh supeeeeeeeeeeer!) T'as encore des pralinés ?
Pour encore plus de sensations, y a mieux et plus téméraire comme truc: le saut à l'élastique

Avatar de l’utilisateur
Dragonball
Messages : 12521
Inscription : ven. déc. 17, 2004 8:43 pm
Localisation : Dans un Bunker avec Playboy, une Dreamcast et un M16

Message par Dragonball » mer. déc. 21, 2005 1:04 am

RMIman a écrit : Désolé mais la conclusion c'est que les gens à l'origine de ces machins faussement ethnologiques avec scènes snuff pour gagner la curiosité morbide et les thunes du chaland, j'appelle ça des nazis, point.
Ah non, on appelle ça des capitalistes, même si c'est vrai que la nuance est parfois mince ! 8)


Heu, mais sinon, mieux vaut quand même toujours parler d'un film après l'avoir vu, c'est quand même plus pratique pour ce faire une opinion valable.

Avatar de l’utilisateur
RMIman
Messages : 68
Inscription : ven. sept. 17, 2004 10:34 pm

Message par RMIman » mer. déc. 21, 2005 1:36 am

Dragonball a écrit :
RMIman a écrit : Désolé mais la conclusion c'est que les gens à l'origine de ces machins faussement ethnologiques avec scènes snuff pour gagner la curiosité morbide et les thunes du chaland, j'appelle ça des nazis, point.
Ah non, on appelle ça des capitalistes, même si c'est vrai que la nuance est parfois mince ! 8)


...sauf que le propos du Mondo est aussi très colonialiste. la comparaison notre monde/le leur est une fumisterie pour justifier des images choc, et je doute fort que les types qui ont fait ça ont une grande philosophie de la vie et de l'egalité des ethnies.. :wink: C'est du fric facile sur le dos de l'indigène, dont par ailleurs ils se foutent éperdument tant qu'il n'a pas fait le truc d'indigène spectaculaire pour mieux montrer sa différence... Bref je persiste et signe.

Dragonball a écrit :Heu, mais sinon, mieux vaut quand même toujours parler d'un film après l'avoir vu, c'est quand même plus pratique pour ce faire une opinion valable.


Oui je suis entièrement d'accord, mais bon les Mondo... ca va pas chercher bien loin. On sait à quoi s'attendre.

Avatar de l’utilisateur
Romain
Messages : 4129
Inscription : mar. juin 08, 2004 11:29 pm
Localisation : Metz/le village
Contact :

Message par Romain » mer. déc. 21, 2005 3:27 am

Les amateurs de Mondos africains savent que ce genre de cinema est profondemment raciste et pro-colonialiste (la plupart du temps) .
Mais quand tu regardes ça,tu as un certain recule.
Ces films sont plutôt le temoignage d'une époque où le cinema italien ne reculait devant rien pour secouer le spectateur.

Avatar de l’utilisateur
Abyssanctum
Messages : 345
Inscription : ven. avr. 30, 2004 2:02 pm
Localisation : Dublin

Message par Abyssanctum » mer. déc. 21, 2005 1:40 pm

RMIman a écrit :Question: intéret de voir un tel amoncellement de saloperies ? :?

artistique ?

culturel ?

sensations fortes paresseuses (ie: au fin fond de son fauteuil bien au chaud petite bière à la main) ?

:oops:
Je te souhaite bonne chance dans ta tentative d'évoquer ce sujet au premier degré. Parce que sur un forum (pas celui de devildead en particulier mais il en fait partie) les discussions dévient tellement facilement vers le les effets d'annonce, le cynisme, la réthorique et tant d'autres belles choses...
Toi, tu creuses

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 20570
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Message par Superwonderscope » mer. déc. 21, 2005 2:13 pm

Abyssanctum a écrit :
RMIman a écrit :Question: intéret de voir un tel amoncellement de saloperies ? :?

artistique ?

culturel ?

sensations fortes paresseuses (ie: au fin fond de son fauteuil bien au chaud petite bière à la main) ?

:oops:
Je te souhaite bonne chance dans ta tentative d'évoquer ce sujet au premier degré. Parce que sur un forum (pas celui de devildead en particulier mais il en fait partie) les discussions dévient tellement facilement vers le les effets d'annonce, le cynisme, la réthorique et tant d'autres belles choses...
à la seule différence que Draven est au fond de son fauteuil non pas avec une roteuse mais avec une salade océane :D :D :D
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

Répondre