Le Brady, cinéma des damnés - Jacques Thorens

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Cosmodog
Messages : 2194
Inscription : mar. sept. 05, 2006 8:38 pm
Localisation : Niche cosmique

Le Brady, cinéma des damnés - Jacques Thorens

Message par Cosmodog » mer. oct. 07, 2020 8:56 am

Image

Un livre écrit par l’énigmatique Jacques Thorens ( :D ), ancien projectionniste du Brady qui compulse ici anecdotes et scènes de vie rythmant ses journées de travail.

Je n’ai personnellement jamais fréquenté ces cinémas de quartier, j’ai l’âge d’avoir pu y aller lorsqu’elles existaient encore, mais je ne suis pas Parisien... j’ai, comme beaucoup, découvert leur existence par le biais de revues comme Mad Movies bien sûr, puis aussi par le revival de ce type de salle lors de la sortie de Grindhouse de Tarantino. Ma connaissance du Brady se résumait alors essentiellement aux élucubrations de Christophe Lemaire a son sujet. Alors, un livre sur le Brady ? Boarf, encore un truc de fan pour les vieux nostalgiques, ou l’on va relire pour la centième fois qu’il y a des clochards et des putes dans la salle lorsqu’on regarde un vieux Hammer...

Eh bien oui... et non ! J’ai adoré ce livre, tout simplement. Par le biais d’une sorte de journal, écrit simplement en style commun découpé en courts chapitres à thème, nous sommes plongé dans l’ambiance d’un quartier, de rues, d’une époque aussi. On y parle bien de clochards, de prostituées, mais aussi de toute la population locale gravitant autour du cinéma, dans les rues alentours. C’est là que le livre trouve son titre , « le cinéma des damnés » tant l’auteur nous dépeint le lieu comme un refuge ou juste un témoin des mœurs, de la misère ambiante,un épicentre du rayonnement de farfelus et paumés gravitant autour du Brady. Et nous, lecteurs, comme lui, nous prenons d’affection pour tous ces personnages singuliers.

Mais pas que... au delà des portraits sont distillés plein d’infos, de révélations sur le boulot de projectionniste, sur les magouilles de distributeurs, sur Mocky et ses extravagances, sur le cinéma bis, sur les passionnés qui bravent le délabrement de la salle pour aller voir d’obscurs films, sur le fonctionnement des salles de quartier, mais aussi sur les travaux surréalistes d’un lieu en perpétuelle rénovation, sur les visites du CNC etc... le tout dans l’ambiance interlope d’un authentique quartier populaire. Comme ce livre, un vrai livre populaire, qui rend hommage avec tendresse à tous ces damnés qui ont fait vivre , financièrement ou juste au sens propre, ce lieu emblématique d’une époque révolue.

Et c’est aussi très drôle, bourré d’humour, au sens strict ou simplement par biais de l’invraisemblance des situations et anecdotes révélées. Vraiment un super bouquin, simple, qui peut intéresser sans problème un lecteur tout à fait étranger aux cinéma bis et aux salles de quartier disparues, tellement ce Brady semble surréaliste !

Et merci à Savoy1 d’avoir éveillé ma curiosité envers ce livre.
:wink:

majorsenta
Messages : 409
Inscription : mar. août 21, 2007 1:24 pm

Re: Le Brady, cinéma des damnés - Jacques Thorens

Message par majorsenta » mer. oct. 07, 2020 4:36 pm

C'est effectivement un très très bon livre....
Et ce qui ne gâte rien, il est vraiment bien écrit.
Le sujet, l'histoire est intéressant mais pas que.
Je pense que cela pourrait faire un bon film, une bonne histoire et de bons personnages.
Un coté Malausséne fait du cinéma.
Et puis....Savoy qui apparait dans le livre....

savoy1
Messages : 800
Inscription : mar. mai 31, 2005 4:57 pm
Localisation : pas à Paris, mais pas loin

Re: Le Brady, cinéma des damnés - Jacques Thorens

Message par savoy1 » lun. oct. 12, 2020 1:35 pm

Il y a cinq ans jour pour jour, on fêtait le lancement du livre lors d'une soirée au Brady, en compagnie des Rats de Manhattan. Depuis, le bouquin connaît une belle carrière de fond, il est toujours présent sur les rayonnages. Il a même eu droit à un second tirage.

Quelques mois plus tard, c'est la salle de cinéma parisienne qui fêtait ses soixante ans d'existence, belle conjonction de calendrier. De leur côté, la Cinémathèque de Toulouse et Frédéric "professeur" Thibault lui rendaient hommage lors d'un long week-end via une sympathique programmation bis. Invité de l'évenement, l'énigmatique Jacques Thorens était interviewé lors d'un entretien fleuve par Maxime Lachaud (auteur du gros pavé Redneck Movies). L'occasion de mettre un visage sur l'ancien employé de Mocky, et de découvrir un peu le making-of de ces pages et l'arrière- boutique de ses souvenirs. On y croisait même un personnage du livre, en chair et en os (!), qui passait par là...
On peut retrouver cette conversation, filmée sobrement comme il se doit, dans les pages du webzine SuperFlux, enjoy :
https://superflux-webzine.fr/voir/renco ... bissophile

Avatar de l’utilisateur
fiend41
Messages : 2208
Inscription : sam. mai 01, 2010 7:07 pm

Re: Le Brady, cinéma des damnés - Jacques Thorens

Message par fiend41 » mer. oct. 14, 2020 9:23 pm

tu avais aussi lançé le sujet

viewtopic.php?f=22&t=30873&p=389096&hilit=brady#p389096

la 1ere fois que j'ai pu lire, relire, re-relire qq chose sur le Brady car le texte était remarquable, c'était sur le forum de Trashtimes

le bienfait (involontaire) du bouquin tu le mets en n'importe quelles mains, j'ai fait rire chaque personne une fois passé le moment d'effroi

savoy1
Messages : 800
Inscription : mar. mai 31, 2005 4:57 pm
Localisation : pas à Paris, mais pas loin

Re: Le Brady, cinéma des damnés - Jacques Thorens

Message par savoy1 » mer. oct. 14, 2020 11:37 pm

fiend41 a écrit :
mer. oct. 14, 2020 9:23 pm
tu avais aussi lançé le sujet

viewtopic.php?f=22&t=30873&p=389096&hilit=brady#p389096

...
Merci de la piqûre de rappel, j'avais complètement oublié le truc (gloups?!), comme quoi de vieillir... En tout cas, j'en profite pour remettre à jour, dans ce sujet, le lien vers le dossier DevilDead consacré au week-end à Toulouse, puisqu'il ne fonctionnait plus. Merci encore pour cette remise à niveau mémorielle.

Répondre