Le salaire de la violence - 1958 - Phil Karlson

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20925
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Le salaire de la violence - 1958 - Phil Karlson

Message par Manolito » sam. avr. 18, 2020 8:16 am

Titre US : Gunman's Walk

Image

Ed Hackett, fils aîné d'un grand prorpriétaire de ranch, tue un métis dans une poursuite équestre. Mais Lee, le père de Ed, est convaincu de l'innocence de son fils et met tout en oeuvre pour le couvrir...

Phil Karlson, futur réalisateur de "Justice Sauvage", trace sa carrière de réalisateur de séries B américaines sur plus trente années, entre le début des années 40 et les années 70. En 1958, il signe pour Columbia ce western "Le salaire de la violence", film sans grande star ni moyens démesurés, mais avec quand même des acteurs connus comme Tab Hunter, Van Heflin ou Kathryn Grant.

Durant les années 50, la tendance du western américain est souvent à la remise en cause des mythes ; et "Le salaire de la violence" est tout à fait dans cette tradition, poursuivant les réflexions sur la violence et son cercle vicieux, réflexion entamée par "La cible humaine"(la violence appelle la violence) ou "L'homme des vallées perdues" (la violence ronge intérieurement celui qui y a recours).

Ici l'histoire est originale et réfléchie : Phil, un rancher vétéran a un fils aîné qu'il a élevé dans le culte de la figure du cow-boy, d'une certaine virilité guerrière, pour ne pas dire machiste. Mais Ed, ce fils, devient incontrôlable : son père a beau tout faire pour couvrir ses excès, il ne fait qu'envenimer les choses.

Par ailleurs, Phil est aussi un homme qui n'assume pas le passage du temps, il veut encore vivre comme un cowboy et faire les 400 coups alors qu'il est en âge d'avoir deux grands fils ; il assume si peu son âge qu'il refuse que ses enfants l'appellent "père" ou "papa". Il veut plus être un ami pour eux qu'un père, ce qui signera définitivement son échec.

"Le salaire de la violence" a même un discours contre la libre circulation des armes à feu terriblement d'actualité, et tout à fait étonnant pour un film hollywoodien des années 50 : une arme est un engin trop dangereux pour que la société puisse risquer qu'elle se retrouve entre les mains de personnes irresponsables et dérangées. Phil et Ed veulent vivre dans un monde où tout le monde se promène avec un pistolet à la ceinture ; mais en temps de paix, cela n'a plus de pertinence ni de raison d'être.

"Le salaire de la violence" est très bien joué, superbement photographié en cinémascope, avec toute une première partie pratiquement tournée totalement en extérieur, ponctuée des séquences de poursuites et de cascades équestres tout à fait impressionnantes. Relativement méconnu, en partie car il n'a pas de réalisateur de prestige ou d'acteurs célébrissimes à l'affiche, "Le salaire de la violence" est une très belle réussite, un western original, harmonieux dans sa narration, cohérent dans son interprétation et sa forme, qui mérite vraiment d'être découvert sans tarder par tout un chacun !

Vu sur Mycanal/OCS replay.

Répondre