Last days of the american crime (Olivier Megaton -2020)

Science-Fiction, Horreur, Epouvante, Merveilleux, Heroic Fantasy et tout le toutim du Fantastique !

Modérateurs : Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team, Karen, savoy1, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
fiend41
Messages : 2176
Inscription : sam. mai 01, 2010 7:07 pm

Last days of the american crime (Olivier Megaton -2020)

Message par fiend41 » dim. juin 28, 2020 10:52 am

Futur proche, dépassé par le crime et terrorisme, le gouvernement américain va annihiler toute volonté de violence dans le pays par le contrôle d'un implant cérébral. Une semaine avant le compte à rebours, un trio : un braqueur esseulé, une sulfureuse hackeuse, un mafieux en quête de gloire, vont tenter le dernier braquage de l'histoire, dérober 1 milliard de $ et fuir le pays.

2H29. il faut meubler 2H29. plus vécu comme un lancinant timing à rebours, j'y ai trouvé mon compte en fait en re-fléchissant. bien que le trio ait des airs de : bootleg de Gerard butler, bootleg de nathalie portman, bootleg d'un junkie échappé d'un film de vincent gallo?, il y a bien un vrai Sharlto copley mais il a du subir le signal, vraiment anesthésié. Ca se suit pépère dans un ton "Grand theft auto" en déambulations, évanescences, laconiques moments durant une première heure trop longue. mais ça se meuble mieux ensuite.

Reste que des détails clés sortent vraiment du chapeau d'un magicien, ou le scénariste a du sniffer les lignes .. comment expliquer que
Spoiler : :
la hackeuse fichée peut se faire inviter dans un batiment fédéral la nuit la plus importante, ou le braqueur négocier du fric (dont justement on ne nous commente quasiment pas pourquoi l'ancien argent doit disparaitre ?) contre un chèque, pareil dans un vault ultra important. et puis survivre à un tir de fusil à pompe à bout portant faudrait expliquer ça...
quelque part on y verrait un parallèle de "Escape from new york" (assez proche dans la nonchalance et le laisser aller contrôlé, limite le meilleur du film est dans les 5 premières minutes) ou une préquelle de "Time out" (dans le sens des magouilles de fond sur la manipulation des citoyens, entre ceux qui échappent au contrôle et ceux qui vont le subir) et un ton "Strange days". bref le scénariste du comics de base a mélangé remixé des ingrédients mais n'a rien révolutionné.

Reste à déterminer les courageux/ses pour s'y lancer, car s'il faut écouter la critique .. le film se fait défonçer..sans trop d'explications pourtant ! l'air du temps et la blasitude ptet bien, le contrôle a t'il commençé ?.. la fin d'un paradigme ?

Image

Répondre